Carnet de voyage en Irlande : une semaine de roadtrip pour découvrir l’Ouest !

Mon carnet de voyage en Irlande et ses paysages

Mon carnet de voyage en Irlande : direction l’ouest pour un roadtrip de 8 jours

L’Irlande était un pays que je souhaitais visiter depuis longtemps… J’imaginais de la verdure, des lacs, des châteaux, des falaises escarpées… Eh bien en réalité c’est exactement ça 😉 . Du moins dans la partie de l’Irlande dans laquelle je me suis rendu, à savoir la partie Ouest du pays.

Je décris dans cet article sur mon carnet de voyage en Irlande, en précisant quelques éléments de contexte. J’indique également pourquoi je l’ai construit de cette manière, et ce que je ferais différemment si je devais le refaire.

Je précise qu’il s’agissait d’un séjour itinérant de 8 jours, type roadtrip, réalisé en famille (avec un enfant en bas-âge). Et au mois d’août (l’été donc, en haute-saison).

La préparation de ce carnet de voyage en Irlande

Itinéraire de mon roadtrip en Irlande

Itinéraire de mon roadtrip en Irlande

Avant de rentrer dans la description de ce roadtrip en Irlande, je précise quelques éléments que j’avais pris en compte durant sa préparation :

  • il s’agissait de notre premier voyage en Irlande : l’idée était donc de découvrir certains points caractéristiques du pays, en favorisant les sites naturels (Connemara, Ring of Kerry, falaises de Moher, …)
  • je n’étais pas attiré par la capitale Dublin. Je n’ai d’une part jamais eu forcément des échos extraordinaires. Et d’autre part les premières recherches effectuées ne m’ont pas convaincues non plus. Bref je n’avais donc pas d’état d’âme à l’écarter si besoin, quitte à le laisser pour un futur voyage.
  • je voulais passer par Cobh, ville aux maisons colorées dont j’avais vu quelques photos.

Durant mes préparatifs, ces éléments m’ont donc amené à tracer l’itinéraire que je décris dans ce carnet de voyage. Les choix effectués ont été :

  • d’orienter mon séjour dans l’ouest du pays, en faisant un léger détour le premier jour par le sud, afin d’inclure 2 points d’intérêt.
  • d’écarter le nord de l’Irlande, et notamment la “chaussée des géants” (que j’avais pourtant envie de voir) : trop loin du reste.
  • de faire de l’itinérance, en restant à chaque fois 2 nuits sur place (exception tout de même pour les 2 premières nuits).

Jour 1 : le Rock of Cashel et Cobh

Arrivés la veille au soir à l’aéroport de Dublin, nous avons passé la nuit dans un hôtel près de l’aéroport après avoir récupéré la voiture de location. Un hôtel sans charme je l’avoue mais qui avait le mérite d’être à la fois proche de l’aéroport et qui nous a permis de récupérer les grands axes plus facilement le lendemain matin.

Pour ce premier jour, direction le sud, afin d’inclure 2 étapes avant de partir dans l’ouest.

Le Rock of Cashel

Le Rock of Cashel en Irlande

Le Rock of Cashel au sommet d’une colline de verdure

La première étape a été le petit village de Cashel, et surtout son célèbre Rock of Cashel. Environ 2 heures de route depuis Dublin, en empruntant l’autoroute (en l’occurrence la M7 puis la M8).

Le Rock of Cashel est l’un des symboles de l’Irlande, de par son côté imposant sur une grande colline de verdure. Très photogénique donc, et plutôt impressionnant lorsqu’on arrive sur Cashel !

Ce site comporte en fait plusieurs édifices, telles qu’une tour, les vestiges d’une cathédrale, mais aussi une chapelle. Il faut dire qu’il a pas mal évolué au cours de son histoire. De forteresse au départ, dès le Vème siècle, il a évolué régulièrement jusqu’au XVème siècle. Ce site est globalement bien conservé, même si certaines parties sont en ruines.

La visite du Rock of Cashel est payante. Compter une dizaine d’euros par adulte pour le ticket d’entrée, et quelques euros supplémentaires pour le parking. Nous y avons passé une grosse demie-heure.

Nous avons ensuite déjeuner dans le village de Cashel. On peut laisser la voiture au parking et y aller à pieds, le centre du village est vraiment à 2 pas. Celui-ci dispose de quelques petits restaurants.

La vue sur la cathédrale de Cobh avec les maisons colorées de la ville en premier plan

La vue sur la cathédrale de Cobh avec les maisons colorées de la ville en premier plan

La ville de Cobh

Direction ensuite la ville de Cobh à environ 1 heure de route vers le sud (toujours via la M8). Cobh est une ville portuaire, qui a la particularité d”avoir été la dernière étape du Titanic avant de quitter l’Europe vers l’Amérique.

Cette ville comporte une cathédrale très imposante que l’on repère de loin en arrivant sur la ville. Elle comporte aussi des maisons colorées un peu partout. Nous y avons passé une après-midi à :

  • visiter la cathédrale
  • visiter le musée dédié au Titanic
  • nous balader dans la ville et ses rues colorées

J’ai dédié un article complet sur le blog à ma visite de Cobh. Je n’en dis pas davantage ici, si ce n’est pour indiquer que nous avons apprécié cette jolie ville 😉 . Nous avons passé la nuit dans une guesthouse de la région.

Jour 2 : le Ring of Kerry

La vue au loin sur les îles Skelly, et notamment Skelly Michael à droite

La vue au loin sur les îles Skelly, et notamment Skelly Michael à droite

Direction l’ouest du pays dès le matin avec comme objectif de la journée : parcourir le célèbre Ring of Kerry.

Depuis Cobh il faut compter une centaine de kilomètres pour rejoindre la ville de Killarney, point de départ possible de la boucle, via la N22. Killarney est la ville de cette région la plus “grande”, on y trouve donc un certain nombre de logements (hôtels, guesthouses).

Le Ring of Kerry est une route qui présente de beaux paysages quasiment tout le long. Ainsi que des points de vue où l’on peut s’arrêter pour en profiter ! J’ai dédié un article complet sur le blog à notre parcours du Ring of Kerry. Mais en résumé voici la liste des points d’intérêts qui valent l’arrêt :

  • Le point du vue du Ladies View sur le Ring of Kerry

    Le point de vue du Ladies View

    la cascade de Torc (Torc Waterfall) : à 2 pas de Killarney (accès via une petite marche de 200 mètres seulement depuis le parking).

  • le point de vue du Ladies View : vue sur le parc national de Killarney, avec lacs, montagnes et verdure.
  • la petite ville de Sneem, colorée (encore une fois 🙂 ) : nous y avons déjeuné.
  • les falaises de Kerry : très bonne surprise ! De superbes paysages avec du contenu : des falaises escarpées certes, mais donnant également du relief à l’intérieur des terres. Et avec de petites îles dans le champ, et notamment les célèbres Skellig Island que l’on voit dans les nouveaux Star Wars !

Emprunter le Ring of Kerry est bien sûr gratuit, c’est une route comme une autre. Elle est en revanche plutôt touristique. On y croise pas mal de monde, et notamment des bus.

Jour 3 : la péninsule de Dingle et le Gap of Dunloe

Le Dunquin Harbour

Le Dunquin Harbour : embarcadère pour les îles Blasket

Le Dunquin Harbour : embarcadère pour les îles Blasket

Après avoir passé notre première nuit sur Killarney, direction cette fois la péninsule de Dingle, au nord-ouest. Deux points d’intérêt principalement dans cette péninsule : le Dunquin Harbour (ou Dun Chaoin en gaélique). Un tout petit port qui a pour vocation de pouvoir faire la navette jusqu’aux îles Blasket, au large de la péninsule. Mais au-delà de cet aspect portuaire, c’est aussi un superbe point de vue !

Encore une fois des falaises escarpés, de gros blocs rocheux sortant de l’eau. Et surtout un petit port en contre-bas, auquel on accède en empruntant un chemin en lacet. Très photogénique : c’est l’un des points de vue “carte postale” d’Irlande ! Parfait également pour faire quelques photos souvenirs.

Retour sur nos pas pour la suite afin de rejoindre Dingle, et y déjeuner.

Dingle et le dauphin Fungie !

Dingle est la ville principale de cette péninsule (même si elle n’est pas très grande non plus…). Encore une fois, de la couleur un peu partout sur les façades. Mais l’intérêt de ce point d’arrêt est surtout l’excursion en bateau dans la baie qui permet d’aller à la rencontre d’un dauphin.

Dans la baie de Dingle en Irlande

Dans la baie de Dingle

Ce dauphin se nomme “Fungie”. On voit un peu partout dans la ville des photos à son effigie, et même une statue… Fungie s’est “installé” dans cette baie dans les années 1980, de lui-même. On ne connaît pas la raison exacte apparemment, mais le fait que la baie soit bien abritée est sûrement un facteur important.

Le tourisme s’est donc développé autour de ce dauphin. Des excursions sont ainsi organisées en bateau afin d’aller à sa rencontre. Elles durent une petite heure et ont pour vocation unique de s’aventurer dans la baie et de “poursuivre” ce dauphin pour l’observer d’au plus près.

Le dauphin Fungie dans la baie de Dingle en Irlande

Le dauphin Fungie dans la baie de Dingle

Nous avons fait cette sortie en mer, plutôt familiale. Voici mon ressenti :

  • on a toutes les chances de voir ce dauphin. D’une part parce qu’il apprécie semble-t-il, malgré tout, la présence des bateaux, et qu’il les approche donc. Et d’autre part parce que les bateaux de touristes qui partent à sa rencontre sont nombreaux, donc dès que l’un d’entre eux le repère, les autres rappliquent aussi vite !
  • j’ai vu plusieurs fois Fungie nager juste à côté de notre bateau. Donc on le voit bien. En revanche pour les photos, c’est plus compliqué : le bateau bouge, on ne sait pas s’il va sortir de l’eau du côté gauche ou droit, et il y a du monde dans le bateau… Bref, pas évident de faire de bonnes photos.

Pour le prix, compter une quinzaine d’euros par adulte. On peut acheter ses billets sur place, il faut juste attendre l’un des prochains départs. Le côté pratique si l’on déjeune à Dingle, c’est d’acheter les billets avant.

Le Gap of Dunloe en voiture

La vallée du Gap of Dunloe en Irlande

Le Gap of Dunloe : superbe vallée d’Irlande

Après cette sortie en mer, retour sur Killarney dans l’après-midi, avec un détour par le Gap of Dunloe. Le Gap of Dunloe est très belle vallée au milieu des montagnes, à deux pas également du Ring of Kerry.

Nous l’avons parcourue ce jour-là en voiture (sous la pluie). Mais il est tout à fait possible de randonner à pieds sur cette route étroite. Ou même en calèche !

Les averses nous ont dissuadé de faire des arrêts photo, ou même de se garer au parking pour aller marcher. En revanche nous avons apprécié les paysages et avons décidé d’y revenir le lendemain matin si le temps était adéquate cette fois !

Jour 4 : les falaises de Moher

Gap of Dunloe en calèche

Un tour en calèche : une des façons de découvrir le Gap of Dunloe

Un tour en calèche : une des façons de découvrir le Gap of Dunloe

Il ne pleuvait pas en ce quatrième jour, nous avons donc pris à nouveau la direction du Gap of Dunloe, avec objectif d’en parcourir une partie en calèche. Encore une fois, une activité touristique, mais familiale. Avec un enfant en bas-âge, il faut aussi planifier des activités qui vont l’amuser 😉 .

Clairement on n’avait aucune idée du prix avant de le demander. J’avoue que c’est un peu cher : 60 €. A y réfléchir à 2 fois donc. Dans tous les cas on en garde un bon souvenir : la balade fut agréable, et on a pu prendre le temps d’apprécier les paysages. Evidemment c’est pareil à pieds… Mais dans nos conditions on n’aurait pas pu s’aventurer plusieurs heures à pieds, donc c’est un bon compromis. En revanche clairement, si vous êtes en couple, faîtes le à pieds, et prévoyez plusieurs heures 🙂

Les falaises de Moher

Les falaises de Moher dans l'ouest de l'Irlande

Les falaises de Moher dans l’ouest de l’Irlande

Encore un site caractéristique de l’Irlande ! Il s’agit d’immenses falaises sur lesquelles on peut se promener. Ce site se situe à environ 200 km de Killarney. Nous avons donc pris la route en fin de matinée et déjeuner en route (à Limerick).

Pour le prix, compter 6 € par adulte, et on paye en fait le droit d’accéder au parking. Attention, ce site est très fréquenté, donc essayez de vous y rendre si possible en dehors des heures de forte affluence (avant 11h et après 17h). Je donne davantage d’informations sur ma visite de ce site sur l’article que j’ai dédié aux falaises de Moher.

A noter tout de même que j’ai davantage apprécié les falaises de Kerry que j’ai évoquées plus haut. Moins impressionnantes certes en terme de hauteur, mais davantage escarpées et photogéniques. Et beaucoup moins touristiques au passage !

Nous avons passé la nuit non loin, dans la région du Burren. Hôtel dans lequel nous avons passé 2 nuits au total.

Jour 5 : le dolmen de Poulnabrone et Galway

Le fort de Caherconnell

Les murs de pierres, caractéristiques de la région du Burren

Les murs de pierres, caractéristiques de cette région du Burren

En ce début de matinée, direction le dolmen de Poulnabrone, avec un passage également par le fort de Caherconnell situé à 2 pas. L’objectif était le dolmen, mais j’ai inclus le fort car il était sur la route et que sa visite ne semblait pas très longue.

La visite du fort de Caherconnell est payante (7 € par adulte) et consiste à aller voir ce fort qui servait autrefois à se protéger des attaques ennemis. La visite est agrémentée d’un audio-guide, ainsi que de la projection d’une vidéo (en anglais) dans un petit bâtiment dédié. Les amateurs apprécieront, mais perso je n’ai pas accroché plus que ça.

Vous pouvez obtenir davantage d’informations sur le site internet officiel de ce site touristique.

Le dolmen de Poulnabrone

Le dolmen de Poulnabrone

Le dolmen de Poulnabrone : avant tout un tombeau

Encore un symbole de l’Irlande ! En revanche beaucoup moins de monde qu’aux falaises de Moher. Je ne sais pas si c’est l’horaire (nous y étions en milieu de matinée), ou s’il est tout simplement moins touristique.

Ce site n’est pas très impressionnant en soi, mais il combine 2 éléments :

  • il se trouve dans la région du Burren, donc pour y accéder on doit marcher sur ces roches qui caractérisent ce coin.
  • le dolmen bien sûr, qui est en fait un tombeau mégalithique représentant un portail.

J’ai dédié également un article complet sur le blog au dolmen de Poulnabrone. Vous y trouverez davantage de détails sur sa “visite”. A noter 2 points rapides : l’accès est gratuit (c’est suffisamment rare pour le souligner..), et il faut compter une petite heure sur place, voire moins.

Galway

Visiter Galway, ville d'Irlande au bord du fleuve Corrib

Visiter Galway, ville d’Irlande au bord du fleuve Corrib

Direction le nord pour rejoindre Galway en cette fin de matinée (une bonne heure de route). Pour arrivée donc au moment de déjeuner, parfait pour commencer notre visite de la ville 😉 .

J’ai dédié un article complet sur le blog à la visite de Galway. Nous y avons passé toute l’après-midi et avons apprécié cette ville. Beaucoup plus grande que Killarney, Cobh ou Dingle, mais à échelle humaine tout de même, et que l’on peut donc parcourir à pieds facilement.

Encore une fois, un peu de couleur sur les façades dans les rues. Mais également une ambiance festive avec davantage de monde, des animations dans les rues, et bien sûr des pubs fréquentés.

La musique omni-présente dans le centre-ville de Galway

La musique omni-présente dans le centre-ville de Galway

Pour résumer rapidement ce que nous avons fait à Galway durant cette grosse demie-journée :

  • la grande rue principale, piétonne : la High Street / Quay Street . Rue animée avec des musiciens un peu partout, des boutiques, et quelques pubs et restaurants.
  • la cathédrale Notre-Dame de Galway. Sa visite est gratuite.
  • une balade sur le Nimo’s Pier, le long du fleuve Corrib. Ce bord de rive permet de disposer d’une belle vue sur Galway, notamment sur les maisons colorées de “The Long Walk”.
  • une balade touristique en train dans le centre-ville et les alentours (activité familiale). Compter une dizaine d’euros par adulte pour un circuit de 45 minutes.

Jour 6 : le Connemara

Nous logions pour ces 2 jours au nord-ouest de Galway, non loin de la N59. Depuis Galway, la N59 part vers l’ouest avant de remonter vers le nord, plus ou moins le long de l’Atlantique, en format une boucle. L’objectif de cette journée était d’emprunter cette N59, en incluant un détour par la Sky Road, et de nous rendre dans le parc national du Connemara.

Un panorama vu depuis la Sky Road en Irlande

Un panorama vu depuis la Sky Road<.em>

La Sky Road

La Sky Road est une route, une toute petite route même, au départ de la ville de Clifden (où nous avons d’ailleurs déjeuné). Elle longe en hauteur cette partie escarpée de la côte Atlantique, offrant de beaux paysages. Cette route n’est pas très large, donc il faut bien serrer, voire s’arranger, si l’on croise une voiture. Je n’ai pas croisé de bus ici, mais en revanche quelques vélos.

Le clou du “spectacle” se situe en cours de route. Il s’agit d’un superbe panorama sur l’océan, avec quelques îles et toujours cette verdure. Sur Google Maps vous trouverez ce point de vue sous le nom de “Sky Road Wild Atlantic view point”. Il y a un petit parking sur place en bord de route.

Le parc national du Connemara

Sur le chemin de randonnée du parc national du Connemara en Irlande

Sur le chemin de randonnée du parc national du Connemara

Il faut bien distinguer la région du Connemara, et le parc national du même nom (qui en fait bien sûr parti). L’intérêt de ce parc est surtout de réaliser une randonnée dans la nature, afin de disposer de points de vue.

Il existe 3 randonnées, plus ou moins difficiles. La plus longue (et la plus difficile) est celle qui offre le plus beau point de vue car elle permet d’accéder au sommet du Diamond Hill. Il faut compter entre 3 et 4h pour cette randonnée, et près de 500m de dénivelé.

Je n’ai pas de retour d’expérience à faire vraiment sur ce parc. Nous avons en effet opté pour la randonnée la plus courte, dite familiale, mais nous avons fait demi-tour en cours de route. Ça grimpait un peu quand même, et avec un enfant de 2 ans qui veut marcher tout seul, nous n’avancions pas très vite 🙂 .

Une info néanmoins : l’accès au parc national du Connemara est gratuit.

Jour 7 : le Connemara – suite

L’impasse sur les îles d’Aran

La vue sur Pines Island, dans le Connemara en Irlande

La vue sur Pines Island, dans le Connemara

La météo ce jour-là était mitigée (quelques gouttes de pluie et pas très chaud). J’ai donc écarté l’excursion sur les îles d’Aran, dont mon idée était de la parcourir à vélo. Même si je ne m’y suis pas rendu j’en touche 2 mots ici.

Les îles d’Aran sont composées de 3 îles, dont la plus grande est Inishmore. C’est sur celle-ci que je souhaitais me rendre, ayant repéré qu’on pouvait facilement y louer des vélos pour une dizaine d’euros la journée. Pour s’y rendre, il faut prendre le ferry, soit depuis Rossaveal à 1h de route à l’ouest de Galway, soit depuis Doolin à 1h30 de route au sud. En revanche, il faut laisser sa voiture avant d’embarquer dans le ferry. Le parcours de l’île se fait donc à vélo ou en navette.

L’abbaye de Kylemore

L'abbaye de Kylemore au bord du lac de Pollacapall

L’abbaye de Kylemore au bord du lac de Pollacapall

Direction l’abbaye de Kylemore, à côté de laquelle nous étions déjà passé la veille. Celle-ci se trouve en effet à 2 pas du parc national du Connemara. Même si ce n’est pas ce que nous avons fait au final, cette abbaye peut faire facilement l’objet d’une visite le matin, et être couplée à la randonnée du Connemara l’après-midi.

Elle se trouve à environ 80km de Galway. Pour s’y rendre il faut une heure de route environ, à nouveau à travers les beaux paysages de cette région. En venant de Galway par la N59, vous aurez à tourner à droite. Deux routes pour cela : la R336 ou la R344. J’ai emprunté les deux (l’une à l’aller, l’autre au retour) et elles sont toutes les deux belles. Des lacs, des montagnes, et des moutons 🙂 . Tout ça à travers la vallée, au cœur de la chaîne de montagnes des “Twelve Bens”.

J’ai dédié un article complet sur le blog à ma visite de l’abbaye de Kylemore. Vous pouvez le consulter pour davantage de détails. En 2 mots, nous avons apprécié cette visite. Ce lieu culturel nous a permis de varier un peu notre séjour. Les amateurs de photo apprécieront également : elle est vraiment très belle, au bord d’un lac, et au milieu de la forêt.

Nous y avons passé la matinée et avons déjeuner sur place dans une cafétéria.

Sur les bords de la Connemara Loop en Irlande

Sur les bords de la Connemara Loop

La Connemara Loop

La météo était toujours tournée vers une fine pluie, voire quelques averses. Nous avons donc décidé de continuer de parcourir la région en voiture et de réaliser quelques arrêts photo de temps en temps.

Pour cela nous avons notamment emprunter la “Connemara Loop”, boucle à travers le Connemara donc, comme son nom l’indique ! En fait il s’agit d’une boucle au nord de la N59, qui traverse quelques petits villages et longe quelques lacs, mais également l’Atlantique. Cette route est également très belle et propose de beaux points de vue !

Jour 8 : retour sur Dublin

Quelques façades colorées dans Dublin

Quelques façades colorées dans Dublin

Cette journée avait pour but surtout de revenir sur Dublin pour rejoindre l’aéroport, rendre la voiture et prendre notre vol en fin d’après-midi. Nous en avons néanmoins profité pour faire un petit détour par le centre-ville de Dublin, histoire de le découvrir quand même un peu…

Il y a 2 bonnes heures de route entre Galway et Dublin si on emprunte l’autoroute M6. Nous sommes donc arrivés dans Dublin en fin de matinée, avons parcouru un peu la ville à pieds et y avons déjeuné. La ville m’a semblé morte : après une recherche rapide sur le smartphone j’ai découvert que le premier lundi de chaque mois d’août était férié. C’était justement ce jour-là !

Retour à l’aéroport. Attention : autant la voiture de location se récupère dans un parking en sortie de l’aéroport. Autant pour la rendre, c’est un peu à l’écart et il faut prendre une navette (gratuite) pour rejoindre ensuite le Terminal des départs.

Mon avis sur ce roadtrip en Irlande

Croiser des moutons est incontournable lors d'un roadtrip en Irlande

Les moutons, très présents sur certaines routes d’Irlande

Ce séjour a répondu à mes attentes ! De beaux sites naturels, de superbes paysages, des châteaux, des petites villes colorées… Je recommande donc de découvrir l’Irlande, du moins la partie ouest dont je parle dans cet article.

Par rapport à la durée de mon séjour (8 jours), je ne changerais rien au programme si c’était à refaire. Les distances parcourues en voiture étaient acceptables, les activités variées, et j’ai pu inclure la majorité des points d’intérêts que je souhaitais découvrir.

La seule chose que je ferais différemment serait mon étape dans la région du Burren. J’inclurais toujours les visites des falaises de Moher et du dolmen de Poulnabrone, mais je ne séjournerais pas dans cette région, et remonterais directement vers la région de Galway. Je les inclurais donc, soit au programme de la journée de route entre Killarney et Galway, soit en excursion sur une journée depuis Galway. Les raisons :

  • j’ai passé moins de temps que prévu dans la région du Burren : moins de temps aux falaises de Moher, et pas de randonnée dans le Burren National Park comme je l’avais prévu. Les formations caractéristiques de cette région sont visibles dans beaucoup d’endroits (notamment du côté du dolmen de Poulnabrone), je n’ai donc pas ressenti le besoin d’en rajouter.
  • ce coin est plutôt reculé, donc pas évident pour se restaurer et trouver un bon hôtel.

En 7 jours ?

Mon séjour a duré 8 jours car nous avions cette souplesse… Pour un séjour d’une durée plus standard (7 jours), on peut gagner la journée en moins du côté du Connemara en faisant l’impasse sur quelques activités. Je pense à l’abbaye de Kylemore dont on peut se contenter de la vue depuis la route, ou le parc du Connemara où on peut faire une randonnée plus courte par exemple.

Et avec 1 jour ou 2 de plus ?

Une maison colorée à Dingle en Irlande

Les couleurs très présentes sur les façades en Irlande

Cela transparaît plus ou moins dans ce carnet de voyage, ou dans les articles du blog qui sont mentionnés. Il y a 2 points d’intérêt que j’ai écarté par manque de temps, ou par contrainte, mais qui peuvent valoir le détour :

  • les îles d’Aran
  • les îles de Skellig (Skellig Islands)

On pourrait donc passer une journée supplémentaire du côté de Galway (pour partir en excursion sur les îles d’Aran). Et une journée supplémentaire du côté du Ring of Kerry pour l’excursion sur les îles de Skellig. Pour ces dernières, attention néanmoins à adapter son programme en fonction de la météo, car en cas de mauvais temps les bateaux ne partent pas ! Et pour se rendre sur la plus grande île (celle qu’on voit dans les derniers Star Wars), il faut 12 ans minimum car apparemment ça grimpe fort.

Mes conseils pour un voyage en Irlande

Sur la route du Ring of Kerry, dans le sud ouest de l'Irlande

Sur la route du Ring of Kerry, dans le sud ouest de l’Irlande

La conduite

En Irlande on roule à gauche ! C’est un peu difficile le premier jour, mais on s’y fait vite. Pour ma part, il n’y a que pour passer les vitesses avec la main gauche où j’ai eu quelques difficultés jusqu’au bout du séjour… En revanche (contrairement à l’Angleterre par exemple), le système métrique est utilisé. Donc pas besoin de convertir les miles en kilomètres sur les panneaux, ou sur le compteur de la voiture !

Pour la location de voiture, il faut savoir que pour l’avance de la franchise en Irlande (au cas où vous rendez la voiture accidentée), il faut une carte de crédit, et non une carte de débit. Je ne vais pas m’étaler ici sur la différence entre les deux, mais faîtes attention, et renseignez-vous auprès de votre banque avant de partir. Car la plupart des cartes en France sont des cartes de débit, et pas mal de monde se fait avoir. Ce fut donc mon cas : j’ai donc dû prendre à défaut l’option supplémentaire “0 franchise” à 25 € par jour car le loueur ne pouvait pas me la créditer !

Un ciel nuageux dans le Connemara en Irlande

Un ciel nuageux dans le Connemara

Le climat

L’Irlande n’est pas forcément réputée pour disposer d’un climat ensoleillé, et je confirme. Au mois d’août nous avons eu un temps globalement gris. Peu de soleil, mais également peu de pluie.

Niveau température, c’était autour de 15°C, mais avec parfois des ressentis de froid quand il y a du vent (notamment dans les vallées du Connemara). Donc globalement, quelque soit la saison, pas la peine d’emporter trop de T-shirt… Pour des informations plus concrètes sur la météo en Irlande, vous pouvez consulter le site internet de la MET , le service météorologique d’Irlande en ligne.

La langue

En Irlande, on parle anglais. Ça semble évident, mais il y a une nuance entre un pays anglophone et un pays où on va parler anglais histoire de se faire comprendre. En Irlande l’anglais est la langue maternelle, donc globalement la plupart des irlandais parlent aux touristes comme s’ils parlaient entre eux… Y compris dans des lieux comme l’aéroport, les restaurants, les sites touristiques…

Bref, pas toujours évident de se comprendre. Exception tout de même dans les Bed & Breakfast ou dans certains hôtels où nous avons séjourné. Ils semblaient déjà plus ouverts pour se faire comprendre 🙂

La petite ville de Sneem et ses façades colorées, sur le Ring of Kerry

La petite ville de Sneem et ses façades colorées

En pratique

  • La monnaie en Irlande est l’euro. Pas besoin de chercher à faire du change donc.
  • Vous aurez besoin d’un adaptateur pour les prises électriques (similaire à ceux nécessaires pour l’Angleterre par exemple). Ça coûte quelques euros. Vous pouvez en trouver ici. D’un point de vue pratique je vous conseille d’en avoir au moins 2.

Vous aimerez aussi...

Vous avez un avis ou une question ? Vous pouvez laisser un commentaire