Faire un voyage en Laponie durant l’hiver : mon retour d’expérience !

Un paysage d'hiver en Laponie

Un paysage d’hiver en Laponie

Un voyage dans le « Grand Nord » l’hiver est une aventure à part entière et qui ne ressemble à aucune autre. C’est avec cet envie de dépaysement que j’ai réalisé un voyage en Laponie l’hiver. Un séjour d’une semaine, et dans le cadre d’une formule de découverte et de détente.

Contrairement à la plupart des expériences partagées sur ce blog voyage, je n’ai pas cherché à partir en Laponie par mes propres moyens. J’explique d’ailleurs pourquoi dans cet article et reviens sur cette expérience très positive, en indiquant en quoi a consisté ce séjour que j’ai réalisé au fin fond de la forêt à Savukoski.

Je partage également quelques alternatives si vous êtes dans l’optique un jour de réaliser un voyage similaire !

La Laponie l’hiver : ce qu’il faut savoir

Un paysage enneigé en Laponie

Un paysage enneigé

Avant de revenir sur mon séjour, je partage quelques éléments de contexte sur la Laponie, dans le cadre particulier des mois d’hiver. Je précise également que je parle de la Laponie finlandaise, la plus « connue », mais dans les faits la Laponie est un territoire qui s’étend également sur la Suède, la Norvège et la Russie !

Avant tout la Laponie est situé dans le nord de l’Europe, au niveau du cercle polaire, que ce soit un peu en dessous ou un peu au-dessus de ce cercle. Cette situation géographique entraîne les particularités suivantes.

Les températures

Il fait (très) froid l’hiver en Laponie ! Les températures peuvent en effet descendre jusqu’à -40°C. Pour ma part le plus froid que j’ai connu en Laponie était à -27°C, ce qui est déjà bien bas 🙂 .

Il s’agit en revanche d’un froid sec, avec quasiment aucune humidité dans l’air. Le ressenti est donc moins fort que si l’on connaissait des températures similaires en France, avec un taux d’humidité dans l’air plus élevé.

Un séjour en Laponie l’hiver nécessite donc de bien être équipé en conséquence, je reviens sur ce point plus loin dans l’article.

Les journées

Couche de neige sur les arbres en Laponie

Les épaisses couches de neige sur les arbres

Les journées sont courtes, voire très courtes. Le soleil se lève en effet tard et se couche tôt l’hiver, limitant l’ensoleillement. Sur la période fin décembre – début janvier, les journées ne durent ainsi que 3 ou 4 heures… Un ensoleillement d’autant moins flagrant que le soleil ne l’élève pas très haut dans le ciel.

Bref, même avec un soleil qui se lève à 9h, il ne faut pas s’attendre à avoir une impression de jour avant 10h parfois, et idem lorsqu’il se couche… Phénomène d’autant plus accentué lorsque le ciel est nuageux ! Ce fut d’ailleurs le cas lors de mon séjour en Laponie : un ciel gris et couvert 6 jours sur 7 : ça se ressent sur les photos 🙂 .

Les aurores boréales

Aurore boréale à Jokulsarlon en Islande

Les aurores boréales peuvent être de différentes couleurs

C’est l’un des points principaux qui fait que l’on souhaite se rendre en Laponie l’hiver en général, tant les aurores boréales restent un phénomène magnifique à voir au moins une fois dans sa vie ! On peut donc assister (en théorie) à des aurores boréales en Laponie.

Mais je préfère couper court tout de suite : je n’en ai pas vu. L’explication est simple : il faut une combinaison de facteurs pour pouvoir les observer :

  • être dans la période de l’année qui va bien (globalement d’octobre à mars). Mais l’hiver est dans cette période, donc a priori pas de problème ici.
  • avoir des conditions d’activité solaire nécessaires à l’apparition d’aurores boréales. Le facteur chance intervient donc ici. Il existe des sites internet permettant de voir les prédictions de l’activité solaire, comme Aurora Service par exemple.
  • disposer d’un ciel dégagé. C’est la condition première qui fait que je n’en ai pas vues…

J’ai néanmoins eu l’occasion d’en voir quelques années plus tard, lors de mon séjour en Islande l’hiver ! La photo qui illustre ce paragraphe a donc été prise en Islande, mais le phénomène reste le même.

Le voyage en Laponie l’hiver

Carte des aéroports de Laponie

Les aéroports de la Laponie (au nord de la Finlande), par rapport à la capitale Helsinki

Il faut avoir en tête que la Laponie finlandaise est un vaste territoire qui s’étend sur plus de 100 000 km². Se rendre en Laponie se traduit donc par « se rendre dans une région de la Laponie »…

De ce fait, il existe plusieurs aéroports qui permettent de desservir cette zone, et les plus connus sont ceux de Rovaniemi, Kuusamo, Kittila et Ivalo. Ces aéroports sont tous bien situés, car on trouvera « à proximité » des espaces dédiés à ce type de séjour.

A noter que parmi ces aéroports, celui situé dans la plus grande ville est celui de Rovaniemi (environ 60 000 habitants), ville connue pour être le « village » du Père-Noël, donc davantage tiré vers le tourisme que les autres.

Préparer un voyage en Laponie par soi-même

La Laponie au cœur de l'hiver

La Laponie au cœur de l’hiver

Je l’ai dit plus haut, ce n’est pas de cette manière que j’ai découvert la Laponie (et je ne le regrette pas d’ailleurs). Je peux néanmoins partager quelques éléments.

Pour préparer un séjour par soi-même, il faut viser l’un des aéroports que j’ai cité plus haut, prendre une voiture de location, et trouver un logement dans les environs. Les activités type motoneige, chien de traîneaux, seront :

  • à planifier sur place, en se renseignant auprès de l’hôtel dans lequel on loge, ou en anticipant à l’avance par internet en cherchant des prestataires locaux.
  • à anticiper si l’on vise de se rendre du côté de Rovaniemi, la plus grande ville de la région. Les activités de ce type y sont nombreuses, et il est possible de les réserver bien à l’avance, facilement, via un site de réservation d’activités.

Il en est de même pour les sorties de type : balade en raquettes, ski de fond, mais pour lesquelles la logistique est moins lourde…

Un séjour tout compris

Les paysages enneigés en Laponie

Les paysages enneigés en Laponie

Le principe

Le principe de ce type de séjour tout compris, est d’inclure les prestations de transport, hébergement (en général dans des espaces situés en forêt), repas, les activités bien sûr, et parfois le vol au départ de Paris.

Certaines agences se focalisent uniquement sur la prestation sur place, laissant libre choix aux voyageurs d’emprunter la compagnie aérienne qu’ils souhaitent. Cela permet aussi d’inclure ce séjour en Laponie dans un voyage plus long, avec par exemple une visite d’Helsinki en complément.

Dans mon cas je logeais dans un petit hôtel situé au cœur d’une réserve naturelle. Il s’agissait de la réserve naturelle de Savukoski. un parc de 6500 km², avec un village d’un peu plus de 1000 habitants. Bref, un hôtel (ou plutôt un gros chalet), au bord d’un lac et au cœur de la forêt !

Le séjour en Laponie que j’ai réalisé et au cours duquel j’ai fait les photos qui illustrent cet article est ce séjour proposé par Circuits TUI. L’ayant vraiment apprécié à tous les niveaux (cadre, prestations, activités, guide, nourriture locale, rapport qualité / prix, etc…), je le recommande.

L’accompagnement d’un guide

Excursion en motoneige en Laponie

Excursion en motoneige dans les paysages enneigés de Laponie

Si vous passez par une agence de voyages française, vous aurez a priori avec vous un guide français, ou du moins francophone. Celui-ci a pour mission de :

  • vous accueillir et vous partager les informations nécessaires pour l’organisation du séjour une fois sur place. Je pense aux plannings des activités, à ce que l’on peut faire autour (sauna, raquettes, ski de fond, promenade jusqu’au village s’il y en a un), mais aussi aux mesures de sécurité.
  • fournir le matériel prévu, à savoir une combinaison, des bottes, un bonnet et des gants. Ainsi que le matériel que l’on peut venir emprunter quand on le souhaite (raquettes, skis).
  • animer le séjour bien sûr ! C’est lui qui nous accompagne dans toutes nos sorties et qui nous transmet sa passion de la Laponie et de la nature.

Pour réaliser un séjour de ce type, il existe différentes options. Parmi celles-ci :

  • pour une expérience personnalisée, je vous conseille de passer par un agence de voyages comme Evaneos. Elle propose des séjours en Laponie, adaptables en fonction des envies. Cette agence se focalise sur le contenu du voyage sur place, en travaillant directement avec les agences locales, et n’inclue donc pas le transport en avion. Ceci permet d’apporter une grande souplesse sur les dates et ne pas forcément un partenariat avec telle ou telle compagnie aérienne. Vous pouvez consulter leurs offres et faire une demande de devis (gratuit) sur leur site internet.
  • pour un séjour tout compris, je peux d’expérience vous recommander ce séjour proposé par TUI. C’est celui-ci que j’ai réalisé et sur lequel je me suis donc basé pour rédiger cet article. J’en garde un excellent souvenir !

A noter qu’en fonction de la saison, les prix peuvent varier fortement ! La Laponie étant une destination prisée durant les vacances scolaires, un séjour de ce type y coûtera plus cher qu’en dehors.

Les activités

Même si l’on peut trouver des variantes, les activités que l’on peut pratiquer en Laponie durant l’hiver se résument à celles-ci. Je les évoque et vous donne au passage mon ressenti.

Faire une excursion en motoneige

Motoneiges sur une piste en Laponie

Les motoneiges sur la piste

Je commence par parler de cette activité, car c’est celle que j’attendais le plus (avec le chien de traîneaux dont je parle plus bas) ! J’ai dédié un article complet sur le blog à ces excusions en motoneige en Laponie, dans lequel je donne davantage de détails, mais voici ce que je peux en dire en quelques mots :

  • les sorties se font en journée, et du fait de la durée d’ensoleillement durant les mois d’hiver, elles durent entre 3 et 6 heures. Elles comportent donc en général la prise d’un repas dans la nature, autour d’un feu, ou à l’intérieur d’une kota.
  • le prix est relativement élevé : de l’ordre de 100-150 € par motoneige. De ce fait, on peut envisager de prendre un motoneige pour deux, et d’alterner la conduite.
  • dans les séjours tout compris, accompagnés d’un guide, une sortie en motoneige peut être incluse dans le programme. Il s’agit parfois d’une initiation d’une à deux heures. Pour réaliser une sortie à la journée, et parcourir une centaine de kilomètres, il faut donc parfois la prévoir en supplément. Ce point est à regarder lors de votre réservation !

Mon ressenti sur la balade en motoneige est très positif : j’ai adoré cette activité. J’ai eu l’occasion d’en faire plusieurs fois : la première sous forme d’initiation, et la seconde (en supplément donc dans mon cas), à la journée et en petit groupe. Une vrai impression de vitesse au cœur de superbes paysages enneigés (lacs gelés, forêts, petites cascades…).

Les chiens de traîneaux

Balade en chiens de traîneaux en Laponie

Balade en chiens de traîneaux dans la forêt

Une activité classique que l’on peut pratiquer en Laponie ! Bien sûr on peut pratiquer le chien de traîneaux dans d’autres contextes, y compris en France (dans les Alpes par exemple), mais ici les étendues sont d’autant plus grandes et désertiques.

Cette activité passe par la rencontre d’un (ou d’une) « musher ». Un musher est une personne qui gère un attelage de chiens, en général des huskies. Le terme « musher » peut ainsi s’interpréter comme « meneur de chiens ». La vocation première de ces mushers est de participer à des courses, ou tout simplement de s’orienter vers le tourisme afin d’en faire profiter tout le monde.

Le principe de cette activité est donc de se faire tirer par les chiens de traîneau. Là encore, quelques règles à apprendre mais rien de compliqué, car en fait les chiens connaissent bien leur parcours. Et surtout ils se suivent, le premier attelage étant celui du musher.

Ces attelages se composent de plusieurs chiens, chacun ayant son rôle : les plus puissants devant notamment.

J’ai dédié un article sur le blog à mon expérience de chiens de traîneaux en Laponie. Vous pouvez le consulter pour davantage de détails.

Le ski de fond / raquette

Balade en raquettes dans la forêt en Laponie

La balade en raquettes

Rien de tel que de faire une promenade en raquettes ou en ski de fond pour prendre l’air. En général, ce matériel est à disposition et on peut l’emprunter à sa convenance.

On peut alors s’aventurer dans les alentours, toujours en respectant les règles de sécurité. Si vous êtes à l’hôtel, demandez à l’hôte ou au guide ses conseils sur un itinéraire. Dans mon cas, nous avions une piste « communale » non loin de l’hôtel. Il nous suffisait de la rejoindre en traversant le lac gelé, et de la parcourir (elle formait une boucle).

Je précise également que les raquettes sont beaucoup plus accessibles que les skis de fond, en terme d’usage. Le ski de fond est malgré tout pas si simple à prendre en main quand on n’en a jamais fait ! Pour avoir déjà fait du ski « normal » aux sports d’hiver, cela n’a rien à voir ! On est davantage sur quelque chose de comparable à du roller, ou du patin à glaces. Et les montées et descentes sont particulièrement compliquées à gérer au départ (risque de chute). Ceci est lié au fait que le pied n’est pas totalement solidaire du ski : le talon n’est pas rattaché au ski. Bref il faut s’entraîner un peu avant de partir en randonnée 🙂 .

Le sauna finlandais

Une cabane de sauna finlandais

Une cabane de sauna finlandais

Le sauna est une tradition en Finlande, et il y a de fortes chances que le logement dans lequel vous séjournerez en dispose d’un !

Ce sauna se situe en général dans une pièce en bois, potentiellement à l’extérieur dans un petit bâtiment dédié (comme un chalet par exemple). Il est constitué d’un vestiaire où l’on se déshabille pour y laisser ses affaires, et de deux autres pièces. Le sauna en lui même bien sûr où la température peut atteindre 80° à 90°C. Et une pièce intermédiaire servant de « sas » lié à la caractéristique du sauna finlandais que j’explique ici.

Le sauna est une petite pièce dans laquelle sont installés de grands bancs de bois, et qui font le tour de la pièce, sur plusieurs étages. On y trouve bien sûr un poêle qui chauffe et dégage la chaleur ambiante, et il convient de l’alimenter régulièrement. La chaleur montant naturellement, il fait plus chaud sur les bancs situés sur les « étages » supérieurs.

Feu de bois en Laponie à l'intérieur d'une kota

Feu de bois à l’intérieur d’une kota

Au-delà de la chaleur que l’on vient chercher dans la pièce qui sert de sauna, le principe est d’associer ces phases de chaleur avec des phases de froid. Ceci a pour but de refroidir le corps et ainsi fermer les pores de la peau et les vaisseaux sanguins, dilatés par la chaleur lorsque l’on est à l’intérieur du sauna. Cette pratique est bénéfique pour la peau et le corps, et peut se pratiquer de plusieurs manières :

  • disposer d’une pièce (le « sas » dont je parlais plus haut), permettant de s’asperger d’eau froide, avec de l’eau présente dans un seau et une louche par exemple.
  • avoir une « piscine » d’eau froide, naturelle ou pas, dans laquelle on viendra se tremper entièrement. Elle se trouve en général en extérieur.
  • sortir dehors et se rouler dans la neige 🙂 . Cela peut faire sourire, mais c’est une solution qui se pratique !

Visiter une ferme de rennes

Dans une ferme de rennes en Laponie

Dans une ferme de rennes

Le renne est un animal très répandu en Laponie, et pour lequel on trouve beaucoup d’élevages. Les raisons sont multiples : cet animal est résistant au froid, et il doté d’une fourrure épaisse. Historiquement, ces rennes ont ainsi été élevés pour cette fourrure permettant de réaliser des couvertures, vêtements, etc… Mais aussi pour leur viande.

L’élevage des rennes passe également par une phase annuelle de transhumance. En effet, au printemps, les rennes retournent vers la côte depuis les zones de toundra où ils ont passé l’hiver.

Aujourd’hui cette tradition des éleveurs de rennes perdure, et certaines fermes peuvent se visiter. L’occasion de voir les rennes de près, et pourquoi pas de faire un tour en calèche tiré par un renne. Ça c’est pour l’aspect touristique de la chose…

La pêche sur la glace

La pêche sur la glace en Laponie

La pêche sur la glace

Cette méthode de pêche se pratique forcément l’hiver, sur les lacs gelés. Le principe est le suivant : on perce un trou dans la glace, sur le lac donc, afin d’arriver jusqu’à l’eau et ainsi pouvoir y faire passer sa canne à pêche. Les poissons pêchés sont en grande partie la perche et le brochet.

Il s’agit d’une tradition en Finlande, et elle est plutôt répandue, et des compétitions sont régulièrement organisées. En pratique on ne pêche généralement pas grand chose, mais c’est un moment convivial partagé en pleine nature 🙂 .

Pour le principe de la chose, en fait sous l’eau il fait très sombre, les poissons peuvent donc être attirés par le halo de lumière provoqué par le trou. En se rapprochant du trou, il pourra attraper le hameçon, et c’est là qu’il faut être réactif pour remonter le poisson en le sortant du trou !

J’ai donc pratiqué cette pêche durant mon séjour en Laponie. Après avoir creusé le trou à l’aide de la perceuse à glace (une sorte de tire-bouchon que l’on tourne à la force des bras et des poignets…), on place la canne à pêche dans le trou. Il ne s’agit pas d’une canne standard, mais tout simplement d’un morceau de fil, avec un hameçon, le tout relié à un moulinet pour remonter le poisson pêché…

Le matériel à prévoir avant de partir

Motoneige en Laponie

Faire de la motoneige en Laponie

L’essentiel

Si vous partez dans le cadre d’un séjour tout compris, l’agence vous fournira en principe les matériels principaux (vérifiez néanmoins ce point auprès de l’agence). Et si vous organisez tout ça par vous-mêmes, en voici la liste :

  • une combinaison, type combinaison de ski. L’important ici est de générer une couche d’air entre vos vêtements et cette combinaison, afin d’ajouter une isolation supplémentaire. Elle est également par ailleurs étanche, évitant de se mouiller avec la neige !
  • des moufles. Il s’agit de grosses moufles (avec un emplacement pour le pouce, et un autre pour les autres doigts). Et non des gants, avec un doigt par emplacement ! Là encore l’objectif est de générer une couche d’air entre la peau et le moufle. Celle-ci est plus importante avec une moufle qu’avec des gants qui épousent la forme des doigts…
  • des chaussures, ou plutôt des bottes. Celles-ci s’adaptent en général également aux skis de fond, et aux raquettes.

Mais aussi

La conduite des motoneiges en Laponie

La conduite des motoneiges

Que vous partiez en Laponie pour un séjour organisé par vos soins, ou par une agence, voici ce dont vous aurez besoin également :

  • des chaussettes épaisses. Vous pourrez même les superposer, toujours dans l’optique de générer des couches d’air. De ce fait, les chaussures seront dans une taille plus grande que ce que vous avez l’habitude de mettre 😉 .
  • des couches de vêtement, type maillots à longue manche et polaire(s). Là encore vous aurez potentiellement à enfiler plusieurs couches en dessous de la combinaison. Pour info, nous nous étions équipés également pour l’occasion d’un maillot Damart, prévu pour maintenir à chaud à des températures très basses.
  • l’équivalent pour le bas, à savoir un pantalon type pantalon de jogging, avec éventuellement une espèce de « collant » qui tient chaud, à mettre en dessous du pantalon.
  • des « chaufferettes« … J’ai découvert ce mot et ce système durant les préparatifs de mon voyage en Laponie. Il s’agit de sortes de petits sachets contenant un liquide, et qui dégage de la chaleur lorsqu’on les agite. Elles sont à usage unique, et permettent de se réchauffer les mains ou les pieds en cas de besoin. On en trouve par exemple chez Décathlon.
  • une lampe frontale, facultative, mais qui peut servir en soirée si vous souhaitez partir vous promener. Je rappelle qu’en Laponie l’hiver, le soleil se souche vers 15h…

Mon avis sur un voyage en Laponie l’hiver

Nous avions cette destination en tête depuis plusieurs années, et ne regrettons pas d’avoir franchi le pas. Clairement, nous avons apprécié ce séjour, pour plusieurs raisons :

  • se retrouver dans la nature, au milieu de nulle part (ou presque), avec des paysages paisibles et enneigé, nous a fait un grand bien. L’air de la Laponie a été vivifiant, et malgré les journées un peu courtes, nous sommes repartis avec l’impression d’avoir fait énormément de choses.
  • cette destination n’est pas si « loin » que ça de la France. Il faut compter 3 ou 4 heures d’avion (sans escale), un peu plus avec une escale à Helsinki. Et un peu de bus derrière en fonction de l’endroit où l’on va, mais pour un séjour d’une semaine, c’est largement acceptable.
  • le rapport qualité / prix nous a semblé correct, du moins en dehors des vacances scolaires. Cette destination est un bon compromis entre la proximité avec la France, le coût, et le dépaysement qu’elle apporte en cette saison !
Cabane dans la forêt en Laponie

Cabane dans la forêt en Laponie

Cet article vous a été utile ? Merci de le noter

Please wait...

Vous aimerez aussi...

Vous avez un avis ou une question ? Vous pouvez laisser un commentaire