Que faire à Bali ? Les sites et activités incontournables de l’île

Temple Pura Ulun Danu à Bali, près de Bedugul

Le temple Pura Ulun Danu : au bord du lac Bratan

Bali est une île indonésienne qui regorge de richesses, à la fois culturelles mais également dans les paysages. Lors de mon voyage d’une dizaine de jours à Bali, j’ai parcouru les 4 coins de l’île. J’ai ainsi pu découvrir de nombreux sites et réaliser différentes activités.

Avec cette expérience sur place, je reviens dans cet article sur ce que l’on peut faire à Bali, en partageant mon ressenti. Au programme : paysages, temples incontournables, et activités diverses !

Que faire à Bali ? L’aspect culturel omni-présent !

Les temples

Procession dans l'un des temples de Besakih à Bali

Les temples de Besakih lors d’une procession

Bali présente la particularité d’être hindouiste, contrairement aux autres îles qui constituent l’Indonésie. On y trouve ainsi des milliers de temples, dont certains sortent clairement du lot. Parmi ces temples, certains se trouvent en bord de mer, d’autres au bord d’un lac, ou encore en forêt.

J’ai dédié un article sur le blog aux temples incontournables à Bali. Vous pouvez le consulter pour obtenir davantage de détails, mais en voici la liste succinte :

  • Tanah Lot : un temple au bord de la mer. En fonction de la marée, il est plus ou moins bordée par l’eau, et sa situation géographique (à l’ouest de l’île) en fait un lieu privilégié pour observer les couchers de soleil.
  • Le temple de Tirta Empul où les balinais viennent se purifier

    Le temple de Tirta Empul où les balinais viennent se purifier

    Ulun Danu : un temple au bord du lac Bratan, à proximité de la petite ville de Bedugul. Il est très photogénique, et représente l’un des symboles de Bali.

  • Besakih : un ensemble de temples sur les bords du Mont Agung.
  • Tirta Empul : un temple qui comporte une source d’eau chaude sacrée. Les balinais viennent s’y purifier.
  • les temples d’Uluwatu, Pura Rambut Siwi et Gunung Kawi.

Un point important à savoir pour la visite de ces temples, c’est qu’il faut porter un « sarong ». Il s’agit d’une pièce de tissu à porter autour de la taille. Les sarongs sont en général fournis à la location à l’entrée des temples.

Ubud

Un singe à Ubud, Bali

Les singes omni-présents dans la « forêt des singes » à Ubud

Les origines de la ville d’Ubud remonteraient au VIIIème siècle. Elle s’est développée petit à petit pour devenir aujourd’hui le centre culturel de Bali, notamment depuis la fin des années 1960 avec l’essor du tourisme.

On trouve à Ubud un certain nombre de musées d’art, comme par exemple le Blanco Renaissance Museum ou le Neka Art Museum. Au-delà des musées, on trouve quelques galeries d’art, des petites boutiques, et un grand marché dans le centre-ville.

C’est à côté d’Ubud que l’on trouve également une attraction de Bali : la « forêt des singes » (ou Monkey Forest). Il s’agit d’une forêt, composée de temples, arbres, chemins, rivières, cascades, dans laquelle des singes vivent en liberté. Si vous avez peur des singes, passez votre chemin… Vous pouvez obtenir plus d’informations sur le site internet officiel de cette forêt des singes.

Les danses traditionnelles

Le barong à Bali

Le barong dans la danse du même nom

Il en existe plusieurs à Bali, la plus connue étant la danse du Barong. Cette danse est en effet un point culturel important de l’île de Bali. Il s’agit d’une danse réalisée par des danseurs portant des masques d’animaux. Ceux-ci font référence aux esprits qui prenaient la forme d’un animal.

Dans la mythologie balinaise, le « barong » est une créature qui ressemble à un mixe entre un lion et un dragon. Il est le symbole du bien, et il combat son ennemi Rangda, représentant du mal. C’est cette bataille qui est illustrée dans la danse du Barong.

L’endroit le plus approprié pour assister à un spectacle de dans du Barong est celui de Batubulan, petit village touristique à l’Est de Denpasar. Nous nous y sommes rendus le dernier jour de notre séjour à Bali, accompagnés d’un chauffeur / guide. Nous avons apprécié à la fois le jeu des danseurs (acteurs même), les costumes, les couleurs, et la découverte de cet aspect culturel important pour les balinais.

La danse du barong à Bali

La danse traditionnelle du barong

Parmi les autres danses traditionnelles à Bali, on peut citer :

  • le legong, une danse féminine raffinée. Elle est caractérisée par des mouvements de doigts relativement complexes, ainsi que des expressions faciales expressives. Nous avons eu l’occasion de pouvoir l’apprécier également dans le spectacle de Barong dont j’ai parlé plus haut, puisque le legong en représente une partie.
  • le kecak, accompagnée de chants , et parfois effectuée autour d’un feu (d’où son surnom de « danse du feu »). On peut notamment assister à une représentation de cette danse sur le temple d’Uluwatu, dans le sud de Bali, en soirée.

Pour assister à une danse barong en excursion, les seules possibilités existantes (à part de passer par un chauffeur) sont de l’inclure à une excursion plus globale sur la journée, incluant d’autres visites. Si vous souhaitez vous orienter sur cette solution, vous pouvez consulter les prestations existantes sur le site de Tourscanner.

Le palais aquatique de Tirta Gangga

Le palais aquatique de Tirta Gangga à Bali

Le palais aquatique de Tirta Gangga à Bali

Il s’agit d’un ancien palais royal, qui se situe à l’Est de Bali. Sa construction date du début du XXème siècle, et il porte la dénomination de « palais aquatique » car son propriétaire l’a orienté autour du thème de l’eau. Les sources présentes à Tirta Gangga sont en effet réputées sacrées.

La quasi totalité du palais fut détruite lors de l’éruption du Mont Agung en 1963, situé non loin. Mais les jardins ont pu être conservés, et aujourd’hui ils se visitent. On y trouve notamment des bassins, fontaines, mais aussi des jardins et statues.

Cette visite peut être couplée avec celle des temples de Besakih situés non loin.

Les activités

Se promener dans les rizières

Rizières de Jatiluwih, en terrasses, à Bali

Les rizières en terrasses de Jatiluwih

L’île de Bali contient de nombreuses rizières plus ou moins accessibles. Même si l’on en voit un peu partout, certaines sont plus représentatives que d’autres, et l’on peut citer :

  • les rizières de Jatiluwih. Ce sont les plus connues de Bali, et elles sont inscrites d’ailleurs au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012. Elles sont accessibles par une petite route soumise à un droit de passage (quelques euros par voiture), au sud de Bedugul. Ce site est à ne pas rater, j’ai vraiment apprécié la balade que j’y ai réalisé !
  • les rizières de Tegallalang, près d’Ubud. C’est la seconde zone la plus connue à Bali pour ses rizières en terrasses, après Jatiluwih. Un droit d’entrée équivalent à quelques euros est également demandé.

Pour ceux qui souhaitent se promener dans les rizières, ces deux sites sont à privilégier. Ils se trouvent géographiquement dans le centre de l’île, mais à près de 2 heures de route tout de même l’un de l’autre !

L’ascension du Mont Batur

La randonnée jusqu’au sommet du Mont Batur : vue sur le Mont Agung

Le Mont Batur est un volcan, le deuxième plus haut volcan de Bali (le plus imposant étant celui du Mont Agung). Il est possible de se rendre à son sommet via une randonnée d’environ 3 heures aller-retour.

L’intérêt principal réside dans l’ascension de ce volcan avant le lever du soleil, afin de profiter de celui-ci depuis le sommet. On assiste alors au « spectacle » suivant : le soleil qui se lève au dessus d’une mer de nuages, et avec le Mont Agung au fond (entre autres). Pour l’avoir fait, c’est magnifique. C’est l’une des activités les plus prisées à Bali, et quand on le fait on comprend pourquoi !

Vue depuis le Mont Batur à Bali

L’ascension du Mont Batur à Bali pour assister au levé de soleil

J’ai dédié un article complet sur le blog à cette ascension du Mont Batur. J’y reviens sur mon expérience, et partage mes conseils pour réaliser cette ascension.

En quelques mots, compte-tenu de l’organisation très matinale, du « chemin » à suivre pour monter au sommet, et du fait que cela se fasse de nuit, ces ascensions se font en général en étant accompagné d’un guide. C’est ce que nous avions fait et je le recommande clairement ! Nous ne nous serions jamais levé à 2h30 du matin pour prendre la voiture, rouler une heure, et faire l’ascension seuls dans le noir à la lampe torche et sur un sol friable…

Nous avons effectué cette randonnée en ayant réservé à l’avance sur internet via GetYourGuide. Cette activité coûte une petite cinquantaine d’euros tout compris (transport en aller-retour depuis votre hôtel ou villa jusqu’au parking de la randonnée, guide, et petit-déjeuner au sommet).

Se rendre sur Nusa Penida

Nusa Penida

Crédit Photo : GetYourGuide.fr : l’île de Nusa Penida, au large de Bali

Je quitte ici l’île de Bali pour parler de l’île de Nusa Penida, qui se trouve à quelques kilomètres seulement au Sud-Est. Cette île est beaucoup plus petite que Bali mais présente également de beaux atouts, dont :

  • la célèbre plage de Kelingking, dont l’intérêt réside dans le point de vue sur celle-ci depuis les hauteurs. Se rendre sur la plage est compliqué, car il faut y descendre via un chemin pas forcément très praticable (un chemin qu’il faut de plus remonter au retour…).
  • la plage de Pasih Uug, encore appelée « Broken Beach ». Ce nom lui vient du fait qu’elle a été formée par l’effondrement de la falaise. Le paysage qui en résulte est donc particulier, avec notamment la présence d’une grande arche naturelle au-dessus de la mer.
  • la piscine naturelle de Angel’s Billabong, en bord de mer.

Pour s’y rendre plusieurs possibilités :

  • par soi-même en empruntant le bateau, au départ de Sanur ou de Kusamba. Il existe plusieurs compagnies qui font la navette, comme par exemple Maruti Express ou Idola Express. Une fois sur Nusa Penida, les déplacements sont à réaliser en scooter de location, ou via une voiture avec chauffeur.
  • via une excursion à la journée, passant notamment par les points incontournables de l’île. Celle-ci inclut la prise en charge à l’hôtel, le trajet en bateau, et la visite de Nusa Penida avec un chauffeur-guide local.

Je ne me suis pas rendu sur l’île de Nusa Penida car je l’avais raté lors de mes préparatifs de voyage à Bali ! Et que de toute manière j’ai déjà eu un programme très bien rempli. Mais c’est un regret.

Les bords de mer

Les plages

Un pêcheur sur la plage à Bali

Sur la plage d’Echo Beach

Je n’ai pas parlé de ce point avant, mais Bali est évidemment une île comportant de magnifiques plages. Profiter de la plage est donc une activité évidente, et qui plus est qui est gratuite. Parmi ces plages, on peut citer par exemple :

  • celles du sud de l’île, du côté de Nusa Dua ou de Jimbaran. Ces zones sont très touristiques, et on y trouve de nombreux hôtels en bord de mer, des restaurants, boutiques, tours-opérateurs. Si vous aimez ce type de tourisme, vous pouvez y cibler votre séjour.
  • La plage de Medewi à Bali

    La plage de Medewi à Bali : un spot connu des surfeurs !

    les plages du nord, du côté de Lovina Beach notamment. Une zone également touristique avec des hôtels en bord de mer. Pour avoir eu l’occasion de me rendre dans cette zone, ainsi que celle de Nusa Dua, la région de Lovina Beach est je trouve un peu moins touristique tout de même.

  • des plages dans l’Ouest de l’île, plages de sable noir ou de galets. Certaines sont même réputées pour être de bons spots de surf. Je pense par exemple à la plage de Medewi.

Evidemment on trouve des plages un peu partout sur les côtes. Personnellement j’ai fait quelques passages à la plage, mais n’en ai quasiment pas profité, ayant été davantage attiré par les nombreux atouts de Bali en termes de paysages ou visites !

Faire de la plongée ou snorkling

Bateau de pêche à Bali

Un bateau de pêcheur à Bali, dans lequel on peut embarquer pour une séance de snorkling

Il est bien sûr possible de faire de la plongée à Bali, ou même tout simplement du snorkling (masque et tuba). C’est ce que nous avons fait d’ailleurs lors de notre passage dans le nord de l’île, du côté de Lovina Beach, où nous avons embarqué sur le bateau d’un pêcheur contre une poignée d’euros. Il nous a emmené au large, a pêché un peu, pendant que nous profitions de la mer autour du bateau avec les masques et tubas qu’il nous avait prêté.

Pour réaliser de la plongée, on trouve des clubs de plongée dans certaines stations balnéaires, notamment dans le sud de l’île. Une autre option est de se rendre au niveau du massif de corail, au large de Bali, via une excursion à la journée. Celle-ci est adaptée à différents niveaux.

D’un point de vue organisation, si l’on envisage de faire de la plongée, il faut planifier cette sortie en mer plus de 24 heures avant son vol de retour. Ceci pour des questions de décompression.

Mes conseils pour visiter Bali

  • Si vous projetez de visiter Bali, repérez bien les différents points d’intérêt sur une carte, et essayez de les grouper. Incluez également à votre préparation les estimations des temps de trajet pour parcourir les distances entre ces points. Car même s’ils semblent proches sur une carte il n’est pas dit qu’il ne faille pas faire un gros détour pour y arriver. Mine de rien, on passe beaucoup de temps sur la route à Bali ! Et conduire à Bali n’est pas si simple.
  • Si vous passez une dizaine de jours à Bali, vous pouvez vous référer si vous le souhaitez à mon carnet de voyage à Bali. J’y ai inclus la plupart des sites et activités évoqués dans cet article (hormis Nusa Penida que je regrette d’avoir ratée), et d’autres encore.
Que faire à Bali ? La carte des points d'intérêt

Que faire à Bali ? La carte des points d’intérêt évoqués dans cet article

Cet article vous a été utile ? Merci de le noter

Please wait...

Vous aimerez aussi...

Vous avez un avis ou une question ? Vous pouvez laisser un commentaire