Visiter Naples : mon retour d’expérience sur 3 jours

Visiter Naples passe par ses beaux panoramas sur la baie et le Vésuve

Panorama sur Naples, la baie et le Vésuve

A la recherche d’une destination aux températures encore douces pour le mois de novembre j’ai pris la direction du sud de l’Italie avec pour objectif de visiter Naples.

Je reviens dans cet article sur les 3 jours que j’ai passé à Naples. Comme à mon habitude sur le blog j’essaie de rester factuel en précisant ce que j’ai fait, mais aussi ce que je n’ai pas fait, et pourquoi. Tout en partageant mes retours d’expérience et conseils. En fin d’article je donne également mon ressenti et mon avis sur cette ville de Naples.

Pour le contexte : il s’agissait d’un séjour réalisé début novembre, en famille. Au programme de ce séjour également : la visite de Pompei à 2 pas de Naples, mais aussi la côte Amalfitaine située non loin.

Les panoramas sur la ville

C’est une caractéristique de la ville de Naples. Elle est construite sur un certain nombre de collines qui permettent donc de disposer de points de vue sur la ville.

Coucher de soleil sur Naples, vu depuis la Largo San Martino

Coucher de soleil sur Naples, vu depuis la Largo San Martino

La largo San Martino

Ce point de vue se trouve au niveau de la rue Largo San Martino, à côté du château Sant’Elmo. Son atout : une vue sur la ville de Naples avec le Vésuve dans le fond. On le retrouve également sous l’appellation « Belvedere San Martino ».

Ce panorama se prête particulièrement bien aux couleurs du coucher de soleil où le soleil couchant vient éclairer la ville et le Vésuve. Au lever du soleil c’est l’inverse, le soleil se lève à l’horizon derrière le Vésuve.

Ce point de vue ne permet pas en revanche de voir la baie car le château juste à côté en cache la vue. A noter également que depuis cette rue, on peut redescendre dans le centre-ville par la petite rue piétonne Via Pedamentina San Martino. Celle-ci permet de disposer d’autres points de vue encore, mais je préviens : parfois ça descend raide…

Panorama sur Naples depuis la via Orazio

Panorama sur Naples depuis la via Orazio

Le château Sant’Elmo

Il est situé juste à côté du belvédère que je viens de mentionner. Sa particularité c’est qu’il permet de prendre encore davantage de hauteur et donc d’englober la vue sur la baie de Naples dans le paysage.

Pour cela il faut visiter le château afin de pouvoir monter au sommet (visite payante : environ 9€, ou incluse dans la Napoli Arte Card).

La via Orazio

Cette rue à l’ouest de Naples permet de disposer d’un certain nombre de panoramas. Il s’agit d’une rue en pente et en lacets présentant des points de vue sur la ville de Naples avec le Vésuve et la mer.

L’un de ces points de vue se nomme « panorama sulla Citta » sur Google Maps (ou « View of the City » en anglais). Il se trouve juste à côté de la Via Minucio Felice, au niveau d’une petite place.

La Terrazza del Belvedere

Ce point de vue de la Terrazza del Belvedere se situe au nord de la ville. Il est malheureusement plutôt difficile d’accès et j’ai dû faire l’impasse dessus (pas de métro ou tram, et plutôt à l’écart du centre-ville : à 2,5 km de la Piazza Dante par exemple).

Il permet de voir Naples depuis ses hauteurs, avec la mer dans le fond. A noter au passage qu’il se trouve dans le parc de Capodimonte qui abrite le musée national du même nom. C’est l’un des plus grands musées d’Italie et il contient de nombreuses collections de peinture.

Bon plan : pour se rendre dans ces lieux éloignés du centre-ville, prendre le métro et le funiculaire est quasiment incontournable. Au-delà du Naples City Pass, répandu, qui inclut entre autres les accès à Pompei et le transport depuis l’aéroport, il existe la Napoli Arte Card. Celle-ci comprend l’accès illimité à tous les transports pendant 3 jours. J’en reparle un peu plus bas.

Les lieux caractéristiques

La ville comporte un certain nombre de lieux caractéristiques ou monuments. J’en cite quelques uns ici qui m’ont marqué lors de ma visite de Naples.

La galerie Umberto I de Naples et sa belle verrière

La galerie Umberto I et sa belle verrière

La galerie Umberto Ier

Il s’agit d’une grande galerie marchande, couverte, et construite à la fin du XIXème siècle. Sa particularité : le toit est constitué d’une imposante verrière comportant des voûtes et un dôme au centre.

Cette galerie, en forme de croix, abrite des commerces, des cafés, mais également des logements dans la partie supérieure ! Elle fait partie du centre historique de la ville de Naples, et elle est de ce fait inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1995.

Du fait de sa forme en croix elle comporte 4 entrées, situées Via Toledo et Via San Carlo pour les artères principales. Elle se trouve également à deux pas de la piazza del Plebiscito.

La Piazza del Plebiscito et sa célèbre basilique Francesco San Paola

La basilique Francesco San Paola de Naples sur la piazza del Plebiscito

La
basilique Francesco San Paola

C’est à mon sens la place la plus représentative de Naples. Elle est immense et comporte plusieurs monuments dont plusieurs palais (palais royal, palais de la préfecture) ou encore la basilique Francesco San Paola.

La basilique est circulaire à l’intérieur et comporte deux chapelles latérales. On observe clairement cette forme circulaire depuis la place, notamment grâce à son dôme imposant d’une cinquantaine de mètres de hauteur. Sa visite est gratuite.

La construction de la Piazza del Plebiscito et du monument faisant aujourd’hui office d’église date du début du XIXème siècle. A cette époque le roi Joachim Murat de Naples entreprit sa construction en l’honneur de son beau-frère qui n’était autre que l’empereur Napoléon. Finalement Napoléon dut s’exiler peu de temps après sur l’île de Sainte-Hélène et la construction de la place fut reprise par Ferdinand Ier. C’est lui qui fit de ce monument principal de la place une église dédiée à Saint François de Paola.

A noter que le palais royal qui fait face à l’église se visite également. Sa visite est payante en revanche (de l’ordre de 8€) : vous pouvez acheter vos tickets à l’avance ici.

Les catacombes di San Gennaro

La place del Plebiscito de Naples

La place del Plebiscito

Histoire des catacombes

Les catacombes di San Gennaro font parti d’un ensemble de catacombes à Naples. Elles datent du IIème siècle et ont été creusées dans la colline de Capodimonte. Elles étaient initialement la tombe d’une famille noble, qui agrandit par la suite des espaces pour la communauté chrétienne.

Celles-ci sont disposées sur 2 vastes niveaux, la catacombe inférieure comportant même une basilique. L’étage supérieur contient les restes de San Gennaro, Saint Patron de la ville de Naples, d’où son nom. Cette présence en font ainsi un lieu de pèlerinage

San Gennaro (ou Saint-Janvier en français) est bien connu des chrétiens. Son histoire est tragique car il fut décapité au IIIème siècle, sur ordre de l’empereur romain Dioclétien ! Une fois coagulé, son sang fut alors récupéré et déposé dans une ampoule. Ce sang desséché est devenu célèbre au fil des siècles car « miraculeusement » il se liquéfie 3 fois par an. Et si ce n’est pas le cas c’est signe de mauvais présage selon la légende…

La fontana del Gigante sur le bord de mer de Naples, avec le Vésuve au fond

La fontana del Gigante sur le bord de mer

Informations sur leur visite

Ces catacombes se visitent, et l’entrée se trouve au 13 via Capodimonte.

Le billet d’entrée est inclus à la Napoli Arte Card. Sinon, pour le billet coupe-file seul, il faut compter une dizaine d’euros par adulte, et 6€ en dessous de 18 ans. Vous pouvez trouver toutes les infos et réserver sur ce site. Pour la visite des catacombes, il faut s’y prendre à l’avance pour les saisons touristiques (vacances, week-end, etc…) : l’accès y est restreint et elles sont très prisées des touristes.

Ces catacombes ne sont pas les seules à Naples. On peut en effet visiter également celles de San Gaudioso situées non loin.

Autre point : du fait de leur emplacement au nord de la ville, il vous faudra prendre le bus pour vous y rendre, ou bien marcher un moment (plus de 2 km du centre-ville). C’est pour cette raison en partie que nous nous y sommes pas rendu.

Le château dell’Ovo

Le château dell'Ovo au bord de la baie de Naples

Le château dell’Ovo au bord de la baie

Ce château se trouve en bord de mer, aux portes de la baie de Naples. Sa construction date du VIème siècle av JC, et il s’agit de ce fait de la plus ancienne fortification de la ville de Naples.

Son but initial était de servir de base défensive. Néanmoins l’édifice fut modelé différemment au fil des époques, passant de villa romaine au Ier siècle av JC, à un monastère au Vème siècle, puis un château au XIIème siècle. Et ce n’est même pas ce château que l’on connaît aujourd’hui puisqu’il prit son architecture actuelle au XVème siècle !

Son nom provient d’une ancienne légende stipulant qu’un œuf (« ovo » en italien) aurait été placé dans ses fondations. La légende indique que si cet œuf avait été brisé, le château aurait été détruit. Et une série d’événements désastreux auraient également suivi…

La visite du château del’Ovo est gratuite. Il est ouvert de 9h à 18h du lundi au vendredi, et jusque 13h le week-end. Vous pouvez trouver des informations complémentaires sur son site internet officiel. Malgré sa gratuité nous nous sommes contentés de nous balader sur la corniche et l’observer de l’extérieur.

La chapelle Sansevero

Dans les rues de Naples

Dans les rues de Naples, près du bord de mer

Il s’agit d’une chapelle datant du XVIème siècle. Même si elle est très belle, ce n’est pour la fonction de chapelle qu’on la visite mais pour la trentaine d’œuvres d’art d’artistes italiens du XVIIIème siècle qu’elle contient !

Les œuvres exposées dans la chapelle sont des statues. On notera particulièrement le « Christ voilé » de Giuseppe Sanmartino, sculpture du christ allongé, taillée dans le marbre, et exposée au centre de la pièce. Les plis du voile, particulièrement réalistes, m’ont impressionné !

Dans son sous-sol, une exposition quelque peu différente, avec une thématique autour de l’anatomie. Et notamment la présence de 2 squelettes d’un homme et d’une femme, « mis en scène » par l’anatomiste Giuseppe Salerno.

Cette chapelle se situe au 19 via de Sanctis Francesco, dans le centre historique de Naples. Pour le prix, compter 7 €, pour une visite qui dure entre 15 et 30 minutes. Cela dépend surtout du temps que l’on prend pour contempler les œuvres et lire les infos du petit guide fourni à l’entrée. Mais l’endroit est assez petit malgré tout, et se parcourt assez vite.

A noter que les photos sont interdites dans la chapelle. Je n’ai donc pas de photo à vous partager…

Le musée archéologique

Pour les amateurs d’antiquités grecques et romaines, la ville de Naples abrite un important musée d’archéologie. Celui-ci comporte entre autres des trésors (fresques, mosaïques, …) récupérés sur les sites antiques voisins de Pompei et d’Herculanum.

Ce musée vient ainsi compléter la visite de Pompei pour ceux qui souhaitent en découvrir davantage sur son histoire.

Le quartier espagnol

Le linge dans les rues du centre-ville historique de Naples

Le linge dans les rues du centre-ville historique

C’est un quartier de Naples qui tient ce nom de l’ancienne domination de la ville de Naples par les espagnols (du XVème au XVIIIème siècle). En réalité il existe plusieurs quartiers de ce type regroupés, et la dénomination exacte serait plutôt « quartiers espagnols ».

Il présente de petites rues, parfois en pente, et qui se croisent plus ou moins sur un quadrillage. Il s’agit d’un quartier plutôt populaire, bordé de hautes bâtisses qui génèrent beaucoup d’ombre.  Et dans lequel vous verrez beaucoup de linge pendre au-dessus des ruelles 🙂 . J’en garde en souvenir ce côté exigu des ruelles, et plutôt sombre.

Même si ce quartier est essentiellement résidentiel on y trouve quelques petites églises, des commerces et quelques ateliers d’artisan. Nous l’avons pour notre part traversé sans y consacrer trop de temps.

Les églises

Statue à l'intérieur de la cathédrale de Naples

Dans la cathédrale

La ville de Naples comporte beaucoup d’églises. Je ne vais évidemment pas les évoquer toutes ici, mais juste celles davantage caractéristiques que les autres. Et qui valent selon moi un petit détour.

La cathédrale de Naples

Cette cathédrale est l’église principale de Naples. Elle date du XIIIème siècle et elle est d’architecture gothique. Fait important : elle abrite le flacon du sang de San Gennaro que j’ai évoqué plus haut.

La cathédrale se situe dans le cœur historique de Naples, au 147 via Duomo. On la trouve également sous son nom complet, à savoir la cathédrale Santa Maria Assunta. Sa visite est gratuite.

L’église du Gesù Nuovo

L'église Gesu Nuovo de Naples et sa façade particulière

L’église Gesu Nuovo et sa façade particulière

A l’origine (au XVème siècle), l’église du Gesù Nuovo était un palais construit pour le prince de Salerne. Mais cette propriété fut confisquée pour être finalement vendue aux jésuites à la fin du XVIème siècle. La palais fut alors adapté et l’on y construit une église.

La particularité du lieu est que la façade (celle visible depuis la place) a été conservée, lui donnant ainsi un caractère inhabituel.

Cette église se situe sur la place Gesù Nuovo. Sa visite est gratuite.

Mais aussi

Pour les amateurs d’églises, j’en cite encore deux autres :

  • La Pio Monte della Misericordia : cette église du centre historique abrite notamment la peinture des « 7 œuvres de Miséricorde » de Caravaggio (début du XVIIème siècle).
  • La basilique San Lorenzo Maggiore : il s’agit d’une église et d’un monastère aujourd’hui transformés en musée. Elle se situe au croisement des via dei Tribunali et San Gregorio Armeno.

Visiter Naples : en pratique

Se déplacer en ville

Un scooter dans les rues de Naples

Le scooter, moyen de transport répandu à Naples

Clairement il faut éviter la voiture ou même le scooter car c’est assez sportif. Il existe pour cela à Naples plusieurs moyens de transport collectifs : le métro, des téléphériques et des bus bien sûr.

Il existe deux lignes de métro (lignes 1 et 6), et une ligne de type RER (ligne 2). Pour le reste il s’agit de téléphériques qui  permettent de prendre de la hauteur (rappelons que Naples est construite sur des collines).

Le prix d’un ticket de métro (valable 90 minutes) est de 1,30 €, mais il existe d’autres tarifs comme par exemple le ticket valable toute la journée pour 3,50 €.

Une autre alternative pour emprunter les transports en commun  (métro, bus, tramway, funiculaire…) de manière illimitée est de disposer de la Napoli Arte Card. Celle-ci coûte 21 € par adulte, et elle est valable 3 jours. Au-delà d’inclure les transports, son principal avantage est de permettre 3 visites de musées et activités parmi les principaux de Naples. Parmi ceux-ci, on trouve château Sant’Elmo, les catacombes de San Gennaro et de San Gaudioso, ou encore le musée national di Capodimonte. Elle est clairement avantageuse quand on fait le calcul.

Le métro de Naples

Les lignes de métro de Naples présentent une petite particularité. Certaines stations ont en effet été aménagées afin d’être transformées en galeries d’art. Quand je dis galerie d’art j’entends un aspect artistique dans les couloirs et allées de la bouche de métro. On peut citer par exemple l’arrêt Toledo, le plus connu, dans lequel les murs au niveau de l’escalator sont remplis d’étoiles. Ou encore l’arrêt Universita pour ses sculptures et son aspect très coloré.

Un exemple de funiculaire : transport permettant d'atteindre les hauteurs de Naples

Un exemple de funiculaire : transport permettant d’atteindre les hauteurs de la ville !

Le métro (et les funiculaires) ne desservent en revanche pas toutes les zones de la ville. Le bus est alors nécessaire si l’on veut les rejoindre sans trop marcher. Je pense par exemple à la partie nord de la ville du côté de la colline du Capodimonte.

Vous pouvez consulter pour plus de détails sur les tarifs, horaires et lignes le site internet de l’ANM (en italien). L’ANM est l’ « Azienda Napoletana Mobilita », la société qui gère les transports en commun à Naples.

Se rendre dans le centre-ville depuis l’aéroport

Visiter Naples passer également par ses stations de métro

La station de métro Universita, très coloré

Principe de la navette

L’aéroport de Naples – Capodichino se situe à proximité du centre-ville, à moins de 5 km de la gare centrale. Pour rejoindre l’aéroport et le centre-ville il existe un système de navettes, indépendant du réseau napolitain, et géré par la compagnie Alibus.

Depuis l’aéroport le point de départ se situe à environ 200 m de la porte de sortie (c’est indiqué). Les départs ont lieu environ toutes les 20 minutes, de 6h jusqu’à 23h.

La navette permet de rejoindre la gare Napoli Centrale, et plus particulièrement la grande place située devant : la piazza Garibaldi. Depuis ce point, il est alors facile de rejoindre d’autres points du centre-ville car la gare centrale est desservie par 2 lignes de métro/RER de Naples. Mais cette navette dessert également d’autres arrêts, encore plus proche de l’hyper-centre : Immacolatella / Porta di Massa / Molo Angioino / Beverello (Stazione Marittima).

La station de métro Toledo de Naples et son plafond étoilé

La station de métro Toledo et son plafond étoilé

Informations sur la navette

Il faut compter une vingtaine de minutes pour le trajet jusqu’à la gare, mais bien sûr cela dépend du trafic. La circulation peut être dense sur Naples, notamment le matin et en soirée.

Pour le prix, c’est 5 € l’aller par personne. Soit les tickets sont à acheter sur place au chauffeur, soit on peut les réserver par avance ici (il faut juste définir la date, pas l’heure). C’est le même prix dans les 2 cas, hormis les frais de réservation. L’intérêt d’avoir ses billets à l’avance est surtout d’être sûr de pouvoir monter dans le bus s’il y a du monde, car ils sont prioritaires.

Cette navette fait bien sûr le chemin inverse : centre-ville de Naples vers l’aéroport. Dans ce sens en revanche on est déposé quasiment devant l’entrée de l’aéroport : pas besoin de marcher 200 mètres.

Les alternatives

Il existe un city Pass qui inclut ce transport aller-retour en bus depuis l’aéroport. Au-delà de ce transport via Alibus, il comprend également les billets d’entrée coupe-file au site antique de Pompei. Pour davantage d’informations sur les différents city pass de Naples, vous pouvez consulter l’article du blog que je leur ai consacré.

A noter également que le taxi reste une solution alternative pour rejoindre le centre-ville depuis l’aéroport, ou bien encore un chauffeur privé réservé à l’avance. Les prix seront similaires mais avec le chauffeur privé vous serez pris tout de suite, réservation faîte.

Dormir à Naples

Le Grand Hotel Santa Lucia de Naples

Crédit photo : Booking.com : Le Grand Hotel Santa Lucia

Naples comporte beaucoup d’hôtels, à différents prix. Les plus classiques se situent sur le bord de mer, du côté du château dell’ Ovo, où il s’enchaînent de manière régulière, et pour lesquels on paye surtout la vue sur la baie de Naples. On peut citer par exemple les établissement suivants, très bien notés sur les sites de réservation en ligne :

L'appartement Napoli Sky à Naples

Crédit photo : Booking.com : l’appartement Napoli Sky dans lequel j’ai logé

Mais on en trouve bien sûr un peu partout dans le centre-ville. Dans tous les cas, je recommande de trouver un logement non loin d’une station de métro, la notion de « loin » restant bien sûr relative ! Naples est une grande ville, et cette proximité est appréciable, notamment les premier et dernier jours, lorsque l’on transporte les valises pour rejoindre ou quitter son logement.

A noter que l’on trouve également beaucoup d’appartements en location dans Naples. En général autour de la centaine d’euros la nuit. Loger dans un appartement est pratique si l’on envisage de se faire à manger par soi-même (notamment pour le petit-déjeuner).

J’avais pour ma part réservé un appartement pour ce séjour à Naples : moderne, en centre-ville, et à une dizaine de minutes à pieds de la gare centrale. Je vous partage donc son lien : le Napoli Sky.

Manger à Naples

Panorama sur Naples

Panorama sur Naples

Naples est le berceau de la pizza. On peut ainsi facilement manger des pizzas un peu partout. Que ce soit des parts prises sur le pouce dans des snacks, ou dans la plupart des restaurant (pizzerias ou autres). Les plats à base de pâtes sont également répandus, Italie oblige.

Attention néanmoins à certains restaurants dans des endroits touristiques, notamment le long de la corniche près du château del Ovo. Ils sont moins traditionnels, et surtout ils se ressemblent à peu près tous, et sans afficher les menus à l’extérieur. Difficile de faire son choix.

A noter qu’en Italie on paye le service. Il faut donc s’attendre à devoir ajouter plus ou moins 2 € par personne à l’addition. Ce n’est pas un pourboire, ça apparaît clairement sur l’addition. En revanche cela inclut souvent un petit complément comme par exemple des olives en guise d’entrée, le pain, ou encore la carafe d’eau.

Mon avis sur Naples

Les bons points

Coucher de soleil sur Naples

Coucher de soleil sur Naples

Je termine cet article sur mon avis ou plutôt ressenti sur cette ville de Naples. J’avais eu « plusieurs sons de cloche » comme on dit sur cette ville. Parfois négatifs et basés sur certains clichés, mais souvent positifs.

Parmi les points positifs que je retiens :

  • les beaux panoramas, et plus globalement le côté « vallonné » de cette ville. Il est agréable de déambuler dans ses petites ruelles montantes ou descendantes et de profiter des différents points de vue. Notamment sur la baie et sur le Vésuve.
  • une belle architecture avec de très beaux monuments.
  • des quartiers variés qui permettent de diversifier les visites.
  • la proximité de Pompei et son célèbre site antique, dont j’ai apprécié sa visite.

Les moins bons…

Pour ma part je garde de Naples davantage un avis plutôt mitigé, voire négatif. Je n’ai en effet pas ressenti de déclic particulier pour cette ville, contrairement à beaucoup d’autres villes que j’ai visitées, et même en Italie. Voici quelques unes des raisons :

Carte de Naples avec quelques points d'intérêt

Carte de Naples avec les points d’intérêt mentionnés dans cet article

L’accueil des touristes

L’accueil pour les touristes est parfois limite. Ce n’est bien sûr pas généralisé, mais je l’ai ressenti plusieurs fois.

Je peux citer par exemple cette pizzeria bien notée, et très fréquentée, dans laquelle le menu est exclusivement en italien, et où le service est médiocre. J’ai gentiment demandé s’ils avaient un menu anglais, on m’a sèchement répondu que non !

L’entretien

L’entretien de la ville est parfois négligé. C’est l’un des clichés de Naples, de dire que c’est une ville « sale ». Je n’irais pas jusque là mais il y a pour moi un fond de vérité.

On voit régulièrement des poubelles débordantes un peu partout. Avec une mention spéciale pour le quartier de la gare, et la grande place qui se tient devant. C’est le lieu par lequel on arrive quand on prend la navette depuis l’aéroport et c’est un carnage de saleté !

La circulation

Dans la baie de Naples

La belle baie de Naples

La circulation est compliquée que ce soit en voiture, mais aussi pour les piétons. En voiture (chose que je n’ai pas pratiqué si ce n’est en bus), c’est assez vite une cohue de klaxons. Et à pieds il est souvent difficile de traverser sur les passages piétons (sans feu). Certes il y a une voiture qui finit par s’arrêter mais c’est rare…

Au-delà de la circulation, j’ajoute aussi que les trottoirs sont souvent bordés de scooters garés « à l’arrache » (du moins dans certains quartiers). Le problème c’est qu’à certains endroits on ne peut même plus monter sur le trottoir (ou en descendre). Bref c’est pénible !

Conclusion

J’ai passé 3 jours plein à visiter Naples et j’ai trouvé cela suffisant. D’autant que nous avons pris notre temps, et que les journées (au mois de novembre) sont plutôt courtes. Certes nous n’avons pas visité de catacombes ou de châteaux, mais avec des journées un peu plus longues et un rythme légèrement plus soutenu que le notre, ça passe largement.

Naples est une belle ville qui allie les beaux panoramas, la mer, et les lieux chargés d’histoire. Néanmoins le « quotidien » est important pour moi dans un voyage : il n’y a pas que les monuments et les paysages qui comptent. C’est un tout, et pour le coup je n’ai pas accroché avec cette ville !

Evidemment je n’entrerai pas dans le « n’allez pas à Naples ». Chacun ressent son voyage différemment, et je vous laisse appliquer ce que je m’applique en général à moi-même, c’est-à-dire vous faire votre propre opinion 🙂 . Mais ce qui est sûr, c’est qu’il y a peu de chance que j’y retourne un jour.

Vue sur le Vésuve depuis la baie de Naples

Les belles vues sur le Vésuve depuis la baie de Naples

Cet article vous a été utile ? Merci de le noter

Please wait...

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Daniele Iorio dit :

    Pour les menus seulement en langue national et pas en anglais … bienvenue en France!!! Je pense sur ce point la France a 50 ans de retard !!

  2. Florence dit :

    Bonjour,
    J’ai passé trois jours à Naples en novembre 2017.
    Je n’ai pas non plus ressenti l’émotion que j’avais éprouvé dans les autres villes d’Italie que j’avais visité.
    Mais j’ai cependant ressenti un grand choc dès le trajet en taxi de l’aéroport à mon hôtel.!
    Tout ce bruit, cette circulation chaotique, cette saleté, les poubelles qui débordent,ces tags sur deux mètres de haut dans de nombreux endroits, les klaxons, l’agitation incessante m’ont bouleversée.
    C’est une ville « forte » qui recèle des trésors mais il faut bien faire attention avant de traverser la rue et trouver un logement au calme!
    C’est quand même un lieu à voir , sans hésitation.

  3. Stef dit :

    Bonjour,
    Mon ressenti est proche du vôtre. Je reviens d’un séjour de 15j en Italie, dont 2 à Naples. Arrivé au niveau du quartier de la gare, le contraste avec Rome que je venais de quitter fût saisissant pour ne pas dire inquiétant. Attroupements de vendeurs à la sauvette, monticules de poubelles, échafaudages un peu partout, masquant bon nombre d’édifices et les incontournables scooters qui déboulent d’un peu partout. Par contre, en s’immergeant un peu dans le centre, on y découvre une ville très vivante, de belles églises, la fameuse Piazza Del Plebiscito (qui aurait elle aussi besoin d’un petit nettoyage), le somptueux musée de Naples et des panoramas plutôt sympas avec l’impressionnant Vésuve qui semble attendre son heure… Et pour les amateurs de pizzas, difficile de ne pas trouver son bonheur, moi je l’ai trouvé pour 5€. En conclusion, ville à voir sans s’y attarder des jours et des jours et en ayant préparé sa visite au préalable.

    • Merci beaucoup pour votre partage.
      Je vous rejoins, il faut bien préparer sa visite au préalable, et faire abstraction d’un certain nombre de points négatifs pour apprécier sa visite. Ce que je n’ai pas su faire à vrai dire… J’avais déjà eu l’occasion de visiter Rome, Florence, Pise et Venise en Italie, et n’avais pas eu ce ressenti, même s’il s’agit de villes très touristiques.

  4. Laure dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article instructif et qui va à l’essentiel. Je prévois d’aller à Naples prochainement, je verrai si j’ai le même ressenti que vous à la fin !
    Dans tous les cas, merci de l’avoir partagé, on ne lit pas souvent ce genre d’avis.

Vous avez un avis ou une question ? Vous pouvez laisser un commentaire