Le dolmen de Poulnabrone : le plus célèbre dolmen d’Irlande

Le dolmen de Poulnabrone en Irlande

Le dolmen de Poulnabrone

Le dolmen de Poulnabrone est un dolmen situé dans l’ouest de l’Irlande. Il est même désigné comme étant le plus célèbre d’Irlande ! Et pour cause, à peine arrivés à l’aéroport de Dublin que je tombais déjà sur de grandes affiches vantant les sites touristiques irlandais majeurs. Le dolmen de Poulnabrone en faisait donc parti…

Je reviens dans cet article sur ma visite de ce site, ainsi que de la manière dont on peut l’inclure lors d’un séjour dans l’ouest de l’Irlande. Je partage également mon ressenti et quelques conseils photo !

Où se trouve le dolmen de Poulnabrone ?

La région du Burren

Carte des points d'intérêts autour du dolmen de Poulnabrone

Carte des points d’intérêts mentionnés dans cet article

Le domen de Poulnabrone se situe dans l’ouest de l’Irlande (compté de Clare), et plus particulièrement dans la région du Burren. C’est une région peu peuplée et très rocailleuse, laissant place à des paysages très spécifiques !

Le terme “Burren” provient de l’Irlandais “Boireann” qui signifie “grand rocher”. Il s’agit en effet d’une région constituée essentiellement de paysages karstiques, à savoir des successions de couches épaisses de roches sédimentaires.

L’un des intérêts de ce lieu est qu’il est situé non loin d’autres points d’intérêts de l’Irlande de l’ouest. Il se trouve en effet à une trentaine de kilomètres seulement des célèbres falaises de Moher. Ainsi qu’à une bonne heure de route (une soixantaine de kilomètres), au sud de la ville de Galway. Il est donc assez logique, si on loge sur Galway de combiner la visite de ces deux sites sur la même journée.

L’accès au site

Les murs de pierres, caractéristiques de la région du Burren

Les murs de pierres, caractéristiques de cette région du Burren

Cette région est essentiellement constituée de petites routes, souvent bordées de petits murs de pierres. Il faut donc faire attention notamment lorsqu’on croise d’autres voitures, voire des bus… Ces routes étant étroites on y roule donc moins vite, ce qui rallonge forcément les temps de trajet.

En venant du nord (de Galway par exemple), vous suivrez la N67 et emprunterez ensuite la R480 sur une petite dizaine de kilomètres. Le site se trouvera alors sur la gauche. Je n’en dis pas plus, il est plutôt facile à trouver. Si vous utilisez Google Maps comme GPS, vous le trouverez tout simplement sous sa dénomination de “dolmen de Poulnabrone”.

Ce site dispose d’un grand parking, gratuit : la visite est donc gratuite, ce qui est plutôt rare pour ce type d’endroit !

Histoire de ce tombeau

Le dolmen de Poulnabrone

Le dolmen de Poulnabrone : avant tout un tombeau

En fait, on parle de dolmen, mais ce monument est avant tout un tombeau “mégalithique”. Un mégalithe est un monument constitué d’une ou plusieurs pierres de grande taille, dressées depuis le sol.

Des tombeaux de ce type ont été construits dans cette région du Burren durant la période du néolithique, soit entre -9000 et -3000 avJC. On en dénombre près de 90 dans plus ou moins imposants.

Celui-ci date d’environ 5800 ans. Sa particularité est qu’il représente un portail, composé de 7 blocs de pierre particulièrement imposants, et dont le sommet culmine à près de 2 mètres de haut. Il est de plus plutôt bien préservé ! Pour information les fouilles ont montré que ce dolmen avait servi de tombeau pour une trentaine de personnes.

Le dolmen de Poulnabrone au cœur de la région du Burren

Le tombeau au cœur de la région du Burren

Ces tombeaux montrent à quel point les habitants du néolithique, dans cette région, portaient une importance à leurs ancêtres et à leur terre. Ces tombeaux étaient en effet particulièrement complexes à ériger ! De plus, leur mode d’habitation était plutôt nomade, contrairement à ces tombeaux dédiés aux morts, qui perduraient dans le temps.

A noter que le paysage dans lequel se trouve le dolmen tel qu’on le découvre aujourd’hui est très éloigné de celui où il fut construit. En effet, à cette époque, on a découvert qu’il était entouré de forêts de pins, ormes et noisetiers. Le tout parsemé de clairières. Cette région comportait également des murs de pierres (que l’on voit toujours). Ceux-ci servaient à délimiter les terres agricoles et les pâturages.

La visite du site

La marche sur les roches

Le sol de la région du Burren composé de pierres

Le sol de la région du Burren composé de pierres

La visite du dolmen de Poulnabrone consiste en une petite balade (en aller-retour) au départ du parking. L’accès se fait en suivant un chemin, bordé de quelques panneaux explicatifs (en anglais), à la fois sur la région du Burren et sur le tombeau. Sur la dernière partie le chemin laisse place aux roches. Il faut donc faire attention en marchant pour ne pas ripper sur les pierres, mais rien de bien méchant !

L’accès au tombeau depuis le parking est rapide, de l’ordre d’une centaine de mètres. Une fois près du tombeau, on peut en faire le tour, mais pas s’en approcher directement. Il est en effet entouré d’une corde qui délimite son accès. A respecter donc.

Mes conseils photo

L’angle de vue

Le dolmen de Poulnabrone

Le dolmen sous un autre angle

Une fois sur place, on peut également prolonger un peu la balade en continuant d’avancer sur ce sol rocheux. Le tombeau n’est pas forcément une finalité. Mais perso, même si ce paysage de pierres est très caractéristique, je le trouve néanmoins plutôt “constant”. Je ne l’ai donc pas trouvé particulièrement photogénique.

Pour photographier le dolmen, je conseille de venir côté ouest. Cela permet de le distinguer d’une manière plus aérée avec la vue sur les 4 piliers. De plus vous pourrez plus facilement “masquer” (avec les piliers) les personnes qui passent dans le champ (en shootant au bon moment tout de même 😉 ). En général les gens se contentent de passer de l’autre côté.

Le coucher du soleil

Le dolmen de Poulnabrone au coucher du soleil

Le dolmen de Poulnabrone au coucher du soleil

Un autre point : ce dolmen se prête particulièrement bien exposé pour la photographie au coucher de soleil. En effet, lorsque l’on se situe à l’Est du dolmen (et que l’on regarde donc vers l’Ouest), le soleil couchant peut apparaître dans la fissure entre les pieds et le toit de la porte !

En paramétrant son appareil avec une petite ouverture, on a alors le soleil qui vient briller dans cette fente, tel une étoile ! Bien sûr cela dépend de où on se place pour prendre la photo et de la période de l’année. Mais si le soleil est présent, c’est possible ! Dernier point : petite ouverture oblige, avec une luminosité faible (fin de journée), le trépied est fortement recommandé.

Mon hôtel n’était pas très loin du site, j’y suis donc retourné pour le coucher de soleil. Mais je suis arrivé trop tard, et celui-ci était de toute manière caché en partie par les nuages. Donc pas de soleil dans la fente pour moi ce jour-là, juste un arrière-plan tirant vers le rouge !

Mes conseils pour visiter Poulnabrone

  • On peut facilement combiner les sites du domen de Poulnabrone et des falaises de Moher dans la même journée. Voire dans la même après-midi. Au vu de la forte fréquentation touristique des falaises de Moher, je conseille donc de se rendre à Poulnabrone en début d’après-midi et de terminer par les falaises. Après 17h plutôt, lorsqu’il y a moins de monde.
  • La visite de ce site est plutôt rapide : 1 heure est largement suffisante.
  • Il est également possible de coupler facilement cette visite avec un autre sites culturel des alentours. Le fort de Caherconnell (visite payante) est en effet situé à moins d’1 kilomètre !

Vous aimerez aussi...

Vous avez un avis ou une question ? Vous pouvez laisser un commentaire