Conduire à Bali : ce qu’il faut savoir !

A 4 sur un scooter à Bali

Conduire à Bali : on voit de tout…

J’ai dédié plusieurs articles sur ce blog voyages déjà à cette belle île de Bali. Mais il est un point en particulier qui mérite que l’on s’y attarde : la conduite !

Conduire à Bali est en effet loin d’être une conduite « habituelle »… Je partage dans cet article mon retour d’expérience sur ce point et mes conseils.

Les points à prendre en compte pour conduire à Bali

Le permis international

Cartes de permis pour conduire à Bali

Disposer de son permis

Je commence par ce point, car c’est un peu la base… En Indonésie, et donc à Bali, il faut posséder un permis international pour être en ordre (notamment lors d’un contrôle sur la route par la police). Il faut par ailleurs posséder également son permis d’origine (permis français si vous êtes français donc, et pas une copie).

Si vous n’en avez pas, vous aurez juste une contravention à payer, de l’ordre de 100 000 roupies (environ 5 euros…). Et cela ne vous empêchera pas non plus de louer un véhicule dans une agence : le permis du pays d’origine est suffisant.

Néanmoins, si vous voulez être en règle (ce que j’avais fait), il suffit de faire la demande d’un permis international. Quand j’avais été à Bali en 2011, il fallait se rendre en préfecture… Mais maintenant c’est plus simple : il suffit d’envoyer un courrier en remplissant un formulaire et en fournissant les photocopies de justificatifs. Vous trouverez tous les éléments sur le site internet du service public.

A noter que ce permis est valable 3 ans, et son obtention est gratuite (en dehors du prix du timbre bien sûr).

La conduite à gauche

Scooter sur une route à Bali, avec la conduite à gauche

A Bali, on conduit à gauche !

Une fois sur place avec votre véhicule, il faudra s’adapter pour la conduite à gauche ! Si vous êtes voyageur vous aurez peut-être déjà eu l’occasion de pratiquer la conduite à gauche. Mais pour ceux qui ne connaissent pas, voici les quelques points auxquels ils faut faire attention, et qui peuvent chambouler les automatismes au départ :

  • pour une voiture, le siège conducteur sera à droite, le volant à droite, et le lever de vitesse sur la gauche. Le levier de vitesse à utiliser avec la main gauche est pour moi l’élément le plus notable. Il faut quelques heures / jours pour que cela devienne fluide.
  • à une intersection, il faut bien veiller à repartir sur la voie de gauche. Attention, l’instinct de conduite à droite reprend vite le dessus !

Je pourrais citer également les ronds-points dans lesquels il faut tourner dans le sens horaire. Mais je n’ai pas souvenir d’avoir vu des ronds-points à Bali !

La circulation est dense

Des scooters sur la route à Bali

La conduite à Bali : souvent encombrée…

Je pense en particulier aux abords de Denpasar et autour des « grandes » villes comme Ubud ou en direction du sud. Mais je garde de Bali clairement le souvenir d’une circulation saturée, avec de nombreuses voitures, et des scooters partout.

Cette circulation dense amène à plusieurs constats :

  • on peut passer beaucoup de temps sur la route si l’on n’optimise pas son itinéraire de voyage
  • cette densité entraîne des comportements un peu « cavaliers » des balinais. J’entends par là une conduite parfois chaotique avec un non-respect du code de la route. Il faut apprendre à klaxonner un peu à tout va pour indiquer sa présence et surtout quand on s’engage dans une intersection…
  • le scooter s’avère être un moyen de transport plus rapide qu’une voiture, mais néanmoins un peu plus « sportif ».

On croise de tout sur la route

Des animaux sur la route à Bali

On trouve de tout sur la route à Bali…

Evidemment, comme dans tout pays il faut faire attention aux piétons. Même si là encore, comme les règles ne sont pas forcément respectées, ils ne traverseront pas forcément pas sur les passages dédiés !

Mais je pense surtout ici aux animaux en fait, notamment les chiens, relativement nombreux à Bali. Mais aussi des vaches, poules, ou autres. Bien sûr, on ne trouvera pas la vache sur l’axe principal (encore que ?), mais sur les petites routes de campagnes menant à certains sites touristiques ou aux plages, ça peut arriver.

Je n’ai pas eu beaucoup de mal à trouver l’occasion de faire la photo qui illustre ce paragraphe…

Mettre de l’essence

Des bouteilles d'essence à Bali

Des bouteilles d’essence à Bali : artisanal…

De manière générale des stations service comme on voit un peu partout. Avec une différence tout de même : la possibilité de définir avant le montant que l’on souhaite dépenser en essence. J’ai trouvé ça très pratique car on payait souvent en cash. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi ce système n’est pas utilisé en Europe…

Mais l’on trouve également des stations plus petites, notamment pour dépanner les nombreux scooters. Faire le plein se résume alors à acheter une bouteille d’essence et à la vider dans le réservoir. C’est très artisanal, mais répandu à Bali.

Quel moyen de transport à Bali ?

Le moyen de transport à choisir pour son séjour à Bali dépend de plusieurs facteurs, notamment du nombre de passagers, de son type de séjour (à l’hôtel dans le sud ou en itinérance). Et de son degré de confiance en soi 🙂 .

Pour ma part, je peux faire un retour d’expérience assez large car j’en ai utilisé plusieurs.

La voiture

Une procession sur la route à Bali

Une procession sur la route…

La voiture a été notre moyen de transport principal. Notre séjour à Bali était itinérant : il nous fallait donc une voiture, ne serait-ce que pour transporter les valises d’une villa à une autre.

Mais la voiture présente d’autres avantages : au-delà du transport des bagages elle permet de se mettre au frais si besoin avec la clim, naviguer facilement au GPS. Et disposer d’un vrai « co-pilote », point important à Bali ! En contre-partie, au vu du trafic, ce n’est pas forcément le moyen le plus rapide pour aller d’un point à un autre…

La question de la voiture plutôt que le scooter pourra se poser en revanche si l’on passe tout son séjour au même endroit. Le départ et l’arrivée à l’hôtel (ou la villa) pouvant alors se faire en taxi, et tout le reste en scooter.

Vous aurez le choix entre quelques loueurs à l’aéroport de Denpasar, mais pas forcément la liste de tous les loueurs « habituels ». Comme toujours je recommande de passer par un site comparateur de prix pour louer sa voiture. En passant par le site Rental Cars on peut ainsi comparer les loueurs présents à Denpasar. De plus, en procédant ainsi on bénéficie d’un meilleur tarif qu’en réservant directement avec les loueurs (Avis, Trac…), car les tarifs sont négociés.

Le scooter

Des scooters garés à Bali

Le scooter : moyen de transport répandu pour conduire à Bali !

Nous en avons loué un pendant 2 jours afin de réaliser quelques déplacements ponctuels depuis l’une de nos villas de location. C’est un moyen de transport plutôt « fun » pour découvrir Bali, sur de petites distances du moins.

En revanche, d’expérience, ce n’est pas forcément simple à conduire quand on n’a pas l’habitude. Surtout pour s’insérer sur un axe principal ! Mais c’est comme pour tout : on finit par s’y faire et prendre un peu confiance en soi.

Forcément le scooter permettra de se faufiler plus facilement dans la circulation qu’une voiture, et la location coûtera moins cher également. On trouve d’ailleurs bon nombre de « petits » loueurs (des locaux qui louent un scooter en bord de route, dans un petit magasin) : la location est donc facile pour ce moyen de transport très répandu à Bali. C’est pour cette raison d’ailleurs que nous nous sommes laissés tenter !

Passer par un chauffeur

Un cycliste sur un vélo à Bali

Un cycliste sur la route

Il s’agit ici encore d’utiliser une voiture, mais via un chauffeur. Je pense que c’est le moyen de transport que je préfère finalement.

Cela dépend bien sûr de son type de séjour et de là où on loge, mais pour certaines activités il est possible de passer par un chauffeur, pour quelques heures ou à la journée. Nous avons fait appel à un chauffeur 2 fois :

  • une fois pour nous amener au pied du Mont Batur afin de monter à son sommet et observer le lever du soleil. Il s’agissait d’une « excursion » avec chauffeur et guide (vous pouvez réserver une excursion de ce type ici). Je la recommande au passage : ce fut l’un de mes temps forts à Bali !
  • la seconde fois, en fin de séjour. Le chauffeur est venu nous chercher à l’hôtel, et nous a emmené pendant une journée dans certains coins que l’on souhaitait voir. Il nous a fait office de guide également : une très bonne expérience, sans prise de tête au volant et bien accompagnés.

Pour réserver ce type de prestation, vous pouvez réserver en ligne sur le site de GetYourGuide (moins de 40 € par jour).

En conclusion

La conduite à Bali est un élément à prendre en compte lors de ses préparatifs de voyage. Néanmoins, d’expérience, on finit par s’habituer.

Si vous êtes dans vos préparatifs de voyage à Bali, vous pouvez consulter l’article du blog que j’ai dédié à mon voyage à Bali. J’y indique mon itinéraire, ce que j’ai visité, et mon retour d’expérience au global. Et n’hésitez pas à venir raconter vos anecdotes sur la conduite, en commentaire, après votre séjour à Bali 😉 .

Un chien allongé sur la route, à Bali

Un chien allongé sur la route…

Cet article vous a été utile ? Merci de le noter

Please wait...

Vous aimerez aussi...

Vous avez un avis ou une question ? Vous pouvez laisser un commentaire