Voir des aurores boréales : mon retour d’expérience en Islande !

Aurore boréale à Jokulsarlon en Islande

Voir des aurores boréales en Islande : mon retour d’expérience à Jokulsarlon

Lorsque l’on se rend dans des destinations qui se rapprochent du cercle polaire, et à la bonne saison, on peut espérer y voir des aurores boréales. Il s’agit d’un phénomène naturel magnifique, que l’on souhaite en général voir au moins une fois dans sa vie 🙂 . Et j’ai eu cette “chance”, ou plutôt j’ai mis toutes les chances de mon côté pour y arriver. Je reviens dans cet article comment on s’y est pris pour en voir, en me basant sur mon retour d’expérience en Islande !

Une aurore boréale : qu’est-ce que c’est ?

Aurore boréale à Jokulsarlon en Islande

Les aurores boréales peuvent être de différentes couleurs

Avant d’indiquer les méthodes pour se donner des chances d’observer des aurores boréales, je commence d’abord par expliquer rapidement ce que c’est. Cela permettra de comprendre la suite !

Une aurore boréale se produit lorsque le champ magnétique qui entoure la Terre est perturbé par des vents solaires. En effet ce champ magnétique nous sert de protection contre les rayonnements du soleil. Régulièrement il se retrouve “déformé” par des arrivées de matières expulsées à grande vitesse par le soleil lors d’éruptions solaires.

Ces matières (des particules chargées) viennent alors frapper le champ magnétique terrestre. Elles entrent ainsi en collision avec certaines particules contenues dans notre atmosphère. Comme par exemple des atomes d’hydrogène, d’oxygène ou d’azote. L’ “excitation” de ces atomes provoque l’émission de protons (particules de lumière). En fonction de certains paramètres, ces protons apparaîtront dans le ciel sous formes de traces lumineuses de différentes couleurs. Les fameuses aurores boréales !

Le champ magnétique étant plus intense au niveau des pôles magnétiques, les phénomènes d’aurores boréales s’y produisent beaucoup plus fréquemment. Mais en théorie on peut en observer à des latitudes plus faibles. Elles sont alors moins intenses, et à peine visibles.

On parle d’aurore boréale lorsque ce phénomène se produit dans l’hémisphère nord. Et on parle d’aurore australe dans l’hémisphère sud. 

Les conditions pour voir des aurores boréales

Un exemple d'indications du site internet de prévisions pour voir des aurores boréales en Islande

Un exemple d’indications du site internet de prévisions d’aurores boréales en Islande

Compte-tenu des explications données au-dessus, il se dégage un certain nombre de conditions évidentes pour voir des aurores boréales. Et quand je dis “conditions”, je pourrais dire aussi “contraintes”. Je les décris :

  • Il doit y avoir une activité solaire adéquate : c’est le minimum, car ce phénomène y est directement lié !
  • Il doit faire noir. Ça semble évident : on n’a jamais vu de photo d’aurore boréale en journée… Mais ce à quoi on pense moins c’est que plus on se rapproche des pôles, plus les amplitudes d’ensoleillement sur la journée varient entre l’hiver et l’été ! L’été les journées sont très longues, et le ciel ne s’assombrit pas suffisamment pour qu’on puisse voir des aurores boréales. En Islande la période où on a le plus de chances d’en voir est de septembre à mi-mars.
  • Le ciel doit être dégagé de nuages, et si possible non pollué par des sources lumineuses. Je pense évidemment aux lumières de villes ou villages, mais également à la lune. La lune peut bien sûr être présente et éclairer légèrement, mais il ne faut pas qu’elle se trouve en plein dans le champ des aurores.

Lors de notre voyage en Islande un site internet sur l’observation des aurores boréales en Islande nous a été particulièrement utile. Il s’agit d’un site indiquant à la fois les prévisions de présence de nuages dans le ciel, et le degré d’activité solaire. Dans l’exemple donné ici, on voit qu’il n’y a quasiment aucun nuage sur l’Islande, sauf sur les quelques zones en vert foncé. C’est parfait. En revanche l’indice d’activité solaire n’est que de 4/9…

Prendre en compte les contraintes

Le Glacier Lagoon de Jokulsarlon en Islande

Le Glacier Lagoon de Jokulsarlon

Il est clair que la chance jouera toujours un rôle dans cette histoire… Mais on peut aussi augmenter ses chances pour voir des aurores boréales. Je suis passé par là est ça a payé !

Je vois 2 leviers sur lesquels on peut jouer : la période de l’année où l’on réalise son voyage, et le fait d’avoir de la souplesse durant son séjour. Par souplesse j’entends que vous avez une voiture qui vous permet de bouger. Mais aussi que vous puissiez adapter votre itinéraire une fois sur place en fonction de la météo. Je m’explique.

L’idée est de faire en sorte de se trouver dans une zone sans nuages, et un jour où l’activité solaire est bonne (chiffre proche de 9 sur le site évoqué plus haut). Pour notre part, nous guettions le site régulièrement (une fois le matin et une fois le soir) pour voir ses prédictions sur les jours suivants. Ce qui nous a permis, à un moment donnée, de constater qu’il y aurait un “créneau” dans la région de Jokulsarlon. Nous avons donc adapté notre séjour en conséquence pour se trouver dans cette zone au bon moment. Je précise qu’en Islande, le ciel est souvent couvert (sur nos 4 jours passés en Islande, il a fait gris 3 jours…).

Photographier des aurores boréales

Outre voir des aurores boréales, la plupart d’entre nous a envie de capturer ce moment en les photographiant. Et ça se comprend ! Si les clichés sont bien faits, ce sont de magnifiques photos à l’arrivée.

Je vous donne mes conseils pour réussir vos photos d’aurores boréales.

Mes conseils pour réussir ses photos en voyage

Mes conseils pour réussir ses photos en voyage

Avoir un trépied

Photo avec faible luminosité oblige ! Disons que certaines aurores sont plus lumineuses que d’autres et que vous obtiendrez peut-être quelque chose sans trépied. Mais pour obtenir des photos de qualité (bien nettes), et en toute circonstance, il faudra réaliser des poses longues. Au trépied donc.

Par pose longue j’entends plusieurs secondes, de l’ordre de 15 ou 20 secondes. Ou même un peu plus si la luminosité de l’aurore est vraiment faible. Je précise ce point car certaines aurores sont tellement faibles qu’on les distingue à peine à l’œil nu. Elles apparaissent en revanche sur les photos avec de grands temps de pose car la lumière est captée pendant plus longtemps !

Focaliser à l’infini

Avoir un trépied ne sert à rien si vous ne pouvez pas focaliser le champ de votre photo à l’infini.

Voyage en Islande en Novembre : la possibilité de voir des aurores boréales !

Une aurore boréale au-dessus de Jolkulsarlon : magique !

Pour les non-initiés, cela signifie qu’en temps normal (conditions de luminosité de journée), et si votre appareil est réglé en mode “mise au point automatique”, il va faire la mise au point par lui-même.

Pour une photo de paysage cette mise au point doit être faîte à l’infini, afin qu’aucune partie de la photo ne soit floue. De manière générale, sur un réflex, vous appuyez légèrement sur le déclencheur et il réalise une mise au point automatique qu’il vous indique dans le viseur. Ensuite vous déclenchez pour prendre la photo.

La nuit, ou en très faible luminosité, l’appareil photo n’arrivera pas à faire cette mise au point par lui-même. Il n’a pas de repère car la scène est très sombre. Il faut donc passer à la mise au point manuelle. Et en sélectionnant donc une mise au point à l’infini.

Certains objectifs permettent de venir tourner la bague jusqu’au symbole infini. Pratique ! Mais d’autres non, et il faut alors tourner la bague jusqu’à ce que l’image semble nette. C’est franchement compliqué à faire sur ce type de photo, et il vous faudra surement plusieurs essais pour venir affiner ce réglage. Perso j’étais dans cette configuration car mon objectif grand angle ne possède pas ce curseur “infini”. J’ai donc passé du temps à faire mes réglages, et au final je ne suis pas totalement satisfait du résultat : en haute résolution mes photos ne sont pas parfaitement nettes.

Conclusion : si je retourne un jour faire des photos d’aurores boréales, je change d’objectif !

Mettre en scène l’aurore boréale

Jokulsarlon au coucher du soleil en Islande

Le Jokulsarlon Glacier Lagoon, au coucher du soleil

Compte-tenu de ce que j’ai expliqué dans cet article, il n’est pas simple de voir des aurores boréales. On n’a ainsi peu de choix sur l’endroit où on va aller les observer.

Néanmoins, je conseille tout de même de trouver un bon endroit, avec un paysage qui donnera du contenu à vos photos. Je pense par exemple à une montagne, une cascade, une église, la cime des arbres… L’Islande regorge d’endroits de ce type. Intégrez-le dans votre quête des aurores !

Pour notre part, nous étions dans la région de Jokulsarlon le soir de notre créneau des aurores boréales. Nous avons donc roulé jusqu’à ce site naturel (un lagon sur lequel flottent des blocs de glace) pour y voir les aurores. C’était magnifique, avec les réflexions dans l’eau en plus. Bien sûr nous n’étions pas les seuls à avoir eu cette idée, et nous étions une bonne vingtaine de personnes sur ce lieu en ce début de soirée. Un super moment d’émerveillement pour tout le monde 🙂 .

 

Afin de pouvoir faire vivre le blog HashtagVoyage, certains liens proposés dans cet article me permettent de toucher une commission sur les achats effectués.

Vous aimerez aussi...

Vous avez un avis ou une question ? Vous pouvez laisser un commentaire