Rocher Kjerag (Kjeragbolten) : ce qu’il faut savoir sur cette randonnée vertigineuse !

Le rocher Kjerag, ou Kjeragbolten, dans le sud de la Norvège

La randonnée du rocher Kjerag ou Kjeragbolten dans le sud de la Norvège

Le rocher Kjerag, ou Kjeragbolten, est l’un des symboles de la Norvège : un rocher suspendu au-dessus d’un fjord ! Son accès fait l’objet d’une randonnée dédiée, plutôt difficile. Et l’objectif pour les plus téméraires est donc de grimper dessus.

Durant mon séjour dans le séjour en Norvège, j’ai fait cette randonnée permettant d’accéder au rocher Kjerag. Je reviens sur cette expérience dans cet article, et partage les éléments concrets pour la préparer. Notamment comment on y accède, les difficultés que l’on peut rencontrer en fonction de la saison, et l’organisation.

Où se trouve le Kjeragbolten ?

L'accès au rocher Kjerag ou Kjeragbolten

L’accès au rocher Kjerag

Dans le sud-ouest de la Norvège

Ce rocher se situe donc sur la montagne Kjerag, et surplombe le Lysefjord. Cette montagne se situe dans le sud-ouest de la Norvège, non loin de la ville de Stavanger (à environ 2 heures de route).

Pour ma part j’avais planifié cette randonnée lors d’un roadtrip dans le sud de la Norvège. J’étais parti d’Oslo dans l’après-midi pour me rapprocher du Kjerag. Et j’ai terminé la route le lendemain matin pour accéder au départ de la randonnée vers 10h.

Une fois la randonnée terminée dans l’après-midi, j’ai repris la route vers le sud pour passer la nuit dans un hôtel du côté de Byrkjedal (le Byrkjedalstunet).

Prendre le ferry depuis Stavanger

Sur le ferry en Norvège

Sur le ferry en Norvège

Je me suis rendu à Kjerag en voiture, dans le cadre d’une étape de mon road trip, mais une autre solution est de réaliser la randonnée en partant en excursion à la journée depuis la région de Stavanger. Il existe en effet une liaison en ferry entre Lauvvik (ou Forsand) et Lysebotn, dans les contre-bas du rocher Kjerag. Vous pouvez consulter le site internet de la compagnie Kolumbus qui gère ces transferts (site disponible en anglais).

Cette traversée dure en revanche plus d’une heure, voire 1h30 et coûte en aller-retour environ 800 kr (de l’ordre de 80 €). Si vous partez sur cette solution, faîtes attention aux horaires, car le temps pour l’accès au rocher Kjerag sera limité par celles-ci. Et il ne faut pas oublier le temps de marge, et les temps d’embarquement et de débarquement.

Depuis Stavanger, en fonction du ferry ciblé, il faut alors suivre la route n° 13 jusque Lauvvik puis :

  • prendre un premier ferry jusque Oanes, puis continuer jusque Forsand pour prendre un second ferry jusque Lysebotn.
  • prendre le ferry jusque Lysebotn.

Pour le choix entre les deux ferries, cela dépendra de où se situe votre hôtel, et des horaires, car en terme de prix c’est similaire. Une fois à Lysebotn, il faut ensuite prendre la fv500, route de montagnes en lacets, jusqu’au parking du départ de la randonnée, sur la droite donc.

La ville de Stavanger dispose par ailleurs de nombreux hôtels à tous les prix. Y séjourner pendant un ou deux jours (ou même plus) permet d’en faire un point de chute pour la visite de cette région. Et ainsi de réaliser les randonnées de Kjerag et du Preikestolen sur 2 jours consécutifs sans changer de logement.


Booking.com

Les petites maisons indépendantes de l'hôtel L'hôtel Byrkjedalstunet en Norvège

Les petites maisons indépendantes de l’hôtel L’hôtel Byrkjedalstunet (crédit photo : booking.com)

J’avais pour ma part logé dans le Byrkjedalstunet, un hôtel disposant d’un restaurant proposant des plats typiques norvégiens. Pratique pour dîner le soir après la randonnée.

Si comme moi, vous reprenez la direction de Stavanger en contournant par le sud, cet hôtel est le seul sur la route ! Il est à la fois :

  • une bonne alternative aux hôtels de Stavanger, souvent complets, et plus chers en terme de rapport qualité / prix.
  • une solution intéressante lorsque l’on quitte Kjerag. On ne peut en effet repartir vers le Nord que via deux options : en empruntant le ferry, ou en repassant par le sud de la montagne Kjerag, ce que j’avais fait. L’option du ferry est pratique mais elle est contraignante d’un point de vue timing et horaires. D’autant plus pour une randonnée comme celle du rocher Kjerag, qui dure plusieurs heures et au niveau de difficulté variant en fonction de chacun !

L’accès au point de départ de la randonnée

La randonée du rocher Kjerag en Norvège

Sur le sentier de randonnée pour l’accès au Rocher Kjerag

En fonction de la période de l’année, l’accès n’est pas si simple… En effet, plus on monte en altitude, plus la neige fait son apparition. Et ceci jusque tard dans la saison… J’y étais fin mai pour ma part. En revanche l’été il n’y a plus de neige en principe.

La neige peut donc faire en sorte que certaines routes soient barrées. C’est souvent le cas pour la route ralliant « directement » Rysstad et Suledkard via les fv987 et fv337. Donc veiller à regarder au préalable avant de vous aventurer sur cette route, car le GPS ne le saura pas pour vous.

Il y a un parking au départ de la randonnée. Mais également de quoi se restaurer et des toilettes. Le parking est payant, de l’ordre d’une dizaine d’euros. Il suffit ensuite de suivre les marques « T » rouges disposées partout le long de la randonnée. Ce « T » signifie « Tourist ».

La randonnée du rocher Kjerag : pas facile

Mon expérience personnelle

La randonnée du rocher kjerag en Norvège

Randonnée du Rocher Kjerag

Pour le contexte, j’ai fait cette randonnée courant du mois de mai. Les conditions météo étaient bonnes, avec tout de même une légère bruine qui rendait glissant certains accès (notamment au début de la randonnée). Par endroit il restait de la neige, en couche plus ou moins épaisse (mais qui arrivait jusqu’aux genoux tout de même dans certaines zones…).

Je ne suis pas ce genre de randonneur qui dira qu’une randonnée était facile pour pouvoir susciter votre admiration une fois que vous la ferez et la trouverez difficile… J’ai trouvé cette randonnée plutôt difficile ! Mais elle reste néanmoins faisable pour quelqu’un comme moi, peu sportif 😉 .

Infos sur la randonnée

Climat sur le chemin de randonnée du Kjeragbolten

Sur le chemin de randonnée, au mois de mai

Cette randonnée est un aller-retour jusqu’au rocher. La partie la plus difficile se trouve au départ. Elle débute en effet par de la grimpette dans les rochers. Des chaînes sont disposées pour s’aider lors de la montée. J’ai eu régulièrement le souffle coupé, et le temps brumeux rendait le sol glissant… Donc par beau temps et pour quelqu’un de sportif, cela passera sûrement plus facilement.

Attention néanmoins à ce passage au retour, car la descente peut s’avérer dangereuse.

Une fois ce passage derrière nous, c’est déjà plus facile. La pente est plus faible mais quasi continue jusqu’au bout. Peuvent s’ajouter également des passages dans la neige en fonction de la saison… J’ai mis 5h30 pour l’aller-retour, en comptant le pique-nique et l’arrêt au niveau du rocher.

La randonnée accompagné d’un guide

L'accès au rocher Kjerag accompagné d'un guide

L’accès au rocher Kjerag accompagné d’un guide (crédit photo : getyourguide.fr)

Pour ceux qui préfèrent faire ce type de randonnée accompagnés d’un guide, et sans s’embêter avec la gestion du moyen de transport et du timing des ferries, cette option est possible.

Cette excursion se fait au départ de Stavanger, et comprend la prise en charge, la traversée en ferry, l’acheminement jusqu’au point de départ de la randonnée, et la randonnée bien sûr, accompagnée d’un guide.

Vous pouvez obtenir davantage de détails et réserver ici. pour une randonnée classique en journée. Ou sur cette page pour la réaliser au petit matin, en dehors de la foule.

En fonction de la saison

Le rocher Kjerag en Norvège

Le rocher Kjerag, un incontournable dans la région de Stavanger

L’été, la saison la plus touristique pour le sud de la Norvège, cette randonnée du rocher Kjerag ne présente pas de difficultés hormis son dénivelé et la météo qui peut rendre glissant certaines zones (pluie et brouillard).

L’hiver, la randonnée du rocher Kjerag est déconseillée. D’épaisses couches de neige vont rendre le chemin impraticable.

En dehors, durant l’automne et début du printemps, cela dépendra des années. Comme indiqué plus haut, certaines zones seront encore enneigées, plus ou moins fortement. Dans ces conditions, le plus simple pour vivre une expérience qui ne tourne pas en galère, est encore de passer par une prestation encadrée d’un guide expérimenté. Durant la saison automnale il existe cette prestation au départ de Stavanger, tout compris.

Le fameux rocher Kjerag

Sur le rocher Kjerag en Norvège

Se faire photographier sur le Rocher Kjerag : incontournable !

Au bout de la randonnée donc, le fameux rocher, coincé entre 2 falaises. La vue depuis le plateau est à couper le souffle ! Une cascade sur la gauche, d’autres également un peu plus loin, et le fjord en dessous…

Pour ceux qui ont le vertige ne vous approchez pas trop près du vide. Il n’y a pas de rambarde sur le site.

Il est possible de monter sur le rocher via un petit accès. C’est même presque l’intérêt de la randonnée diront certains.

Pour cela attention de bien se tenir et d’être sur ses appuis, car ce n’est pas si simple. Surtout si le sol est un peu glissant ! Prenez ensuite la pause pour immortaliser ce moment et vous faire photographier 😉 .

Le Kjeragbolten est également un spot bien connu des amateurs de base jump. On peut parfois en rencontrer.

Mes conseils pour la randonnée du Kjeragbolten

Pour s’aventurer dans cette randonnée, il faut disposer d’une condition physique suffisante et de bonnes chaussures de marche. Cette randonnée n’est pas facile. Dans tous les cas, allez-y à votre rythme.

Prévoyez de l’eau en quantité suffisante et de quoi s’alimenter durant la randonnée. Pour info un petit ruisseau en cours de route permet de remplir à nouveau les gourdes.

Si vous comptez partir sur l’option du ferry en venant de l’ouest, vous pouvez loger du côté de Stavanger. Cette ville est plutôt grande et orientée vers le tourisme. La région de Stavanger comporte de nombreux hôtels, ainsi que des restaurants et boutiques de souvenirs. Elle est un point de chute plutôt bien situé pour parcourir cette région.

En espérant que ce partage d’expérience sur cette randonnée, et mes conseils, vous ont été utiles. N’hésitez à me poser des questions en commentaire s’il manque des informations dans cet article. Et si vous êtes dans vos préparatifs de voyage en Norvège, je vous souhaite un bon séjour !

Au bout de la randonnée menant au rocher Kjerag

Au bout de la randonnée menant au rocher Kjerag

Cet article vous a été utile ? Merci de le noter

Please wait...

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Coquoz dit :

    Bonjour,
    est- il vraie que la route d’accès pour se rendre au départ du sentier pour le Kjerag se ferme fin septembre ?
    Merci de la réponse

    • Bonjour,
      oui certaines routes d’accès au départ de la randonnée du rocher Kjerag sont fermés l’hiver. Je ne pense pas qu’il y ait de logique sur la date, et que cela dépend des conditions climatiques (neige en l’occurrence).
      On voit sur cette page que la route Fv337 (l’une des routes d’accès au Kjerag et dont je parle dans l’article) ferme en novembre et ré-ouvre en mai. Mais encore une fois, s’il neige fin septembre, elle sera fermée avant.

  2. henri honore dit :

    Bonjour,
    Je vais effectuer cette randonnée début mai avec mon frère. Nous partons au départ de Stavanger et allons essayer d’attraper le premier ferry du matin à Lauvvik pour pouvoir faire la randonnée dans la journée. seulement avec les horaires des ferrys et des bus au départ de l’aéroport de Stavanger pas sure que l’on y arrive et dans ce cas on prendrait celui début d’après midi.
    j’aurais voulu savoir s’il était possible de faire le début de la randonnée jusqu’à la tombée de la nuit et de camper sur place, puis repartir de bonne heure, afin d’être les premiers sur le site ?
    car j’ai lu sur des pages qu’à cette période là de l’année il n’était peut être pas possible de faire la randonnée sans guide… et donc impossible de camper au milieu de cette randonnée. est ce vrai ?
    merci

    • Bonjour,
      je vous confirme qu’il y a des périodes de l’année où on ne peut pas faire la randonnée (avec ou sans guide), à cause de la neige. Pour début mai je ne sais pas, et ça doit dépendre des années. La présence de la neige est ce qui justifie qu’il vaut mieux un guide pour ne pas marcher où il ne faut pas. Par ailleurs ça grimpe raide au départ, donc les conditions météo sont importantes.
      Dans mon cas, courant mai, il y avait encore une couche de neige par endroit, mais ça allait. J’ai pu faire la randonnée par moi-même.
      Pour le fait de camper, il n’y a pas de camping en route durant la randonnée, donc si vous campez c’est en mode camping sauvage. Je ne sais pas si c’est autorisé. Et au vu des températures à cette altitude, et à cette période de l’année, je vous déconseille de vous embarquer là-dedans…
      A votre place, j’essaierai de la faire en journée, et faire demi-tour en route s’il y a trop de neige. Pour faire la randonnée accompagné d’un guide au mois de mai, je ne sais pas si c’est faisable.
      Je vous souhaite un bon séjour en Norvège.

  3. ayman dit :

    Bonjour,
    je voudrai savoir si il y a une possibilité de camper avec notre propre tente entre Stavanger et Kjerag ?
    Merci d’avance.

    • Bonjour,
      désolé mais je n’ai pas pratiqué le camping durant mon séjour en Norvège. Je ne préfère pas m’avancer à vous répondre sur ce terrain…
      Néanmoins, entre Stavanger et Kjerag, il faudra prendre le ferry sur le Lysebotn, dont l’arrivée se fait en bas d’une route en lacets menant à Kjerag. Donc si vous cherchez un camping, a priori il faudra le trouver plutôt près de Stavanger. Ou bien faire comme moi, et contourner par le sud.
      Bon séjour en Norvège !

  4. Amine dit :

    Bonjour , je suppose que vous avez fait le trajet depuis Strvanger en voiture ? y’a t-il des bus ?
    merci

    • Bonjour,
      j’ai fait le trajet en voiture en effet, mais venait de l’ouest et non de Stavanger.
      Depuis Stavanger il semble y avoir possibilité de prendre le bus pour se rendre au départ de la randonnée, durant les mois d’été. Cette liaison est gérée par une société privée.
      J’ai trouvé les infos sur ce site internet. Vous y trouverez les renseignements nécessaires en principe.
      L’autre possibilité est de passer par un tour-opérateur, avec un guide (c’est plus cher). J’ai partagé le lien dans l’article.

      Bon séjour en Norvège 😉

  1. 15 octobre 2016

    […] La randonnée dure un bon 5 heures. Tous les détails dans l’article que j’ai rédigé ici […]

  2. 16 avril 2017

    […] 2 : J’ai terminé la route jusqu’à Kjerag et fait la randonnée. Puis j’ai repris la route vers l’ouest, pour passer la nuit sur Byrkjedal. En effet, […]

Vous avez un avis ou une question ? Vous pouvez laisser un commentaire