Les thermes de Caracalla à Rome : un site antique bien conservé

Les thermes de Caracalla, à Rome, un site antique bien conservé

Les thermes de Caracalla, à Rome, un site antique bien conservé

Lors d’un long week-end à Rome nous nous sommes rendus aux thermes de Caracalla afin de visiter ce site. Il est bien conservé, et permet de découvrir un lieu important dans l’ancienne société romaine.

De plus cet endroit est vaste et moins fréquenté que les célèbres sites du Palatin et du Colisée.

Se rendre aux thermes de Caracalla

Carte accès aux thermes de Caracalla

La carte d’accès aux thermes de Caracalla, en partant du Colisée

Ces thermes sont situés dans le sud de Rome, à environ 1,5 km du Colisée. En métro, l’accès le plus proche est celui du Circo Massimo, de la ligne B de métro.

Pour notre part, nous étions sorti à l’arrêt du Colisée (ligne B également), et avions fini le trajet à pieds. Ce trajet est plutôt sympa car il permet de contourner le Colisée, et de pouvoir contempler sa partie sud. Sur la droite se trouve ensuite le cirque Maxime, que l’on aperçoit directement depuis la route. Puis plus loin, dans un écrin de verdure, les thermes de Caracalla…

Pour les horaires, les thermes sont ouverts tous les jours à partir de 9h. Ils ferment plus ou moins tôt en fonction de la saison, mais dans tous les cas ferment à 14h le lundi. Pour le prix, compter 6 euros par adulte, 3 € pour les 18-25 ans. C’est gratuit pour les moins de 17 ans. Ajouter 5 € de plus pour disposer d’un audio-guide.

A quoi servaient les thermes romains ?

Les thermes de Caracalla

Dans les thermes de Caracalla

Les thermes romains étaient des établissements qui avaient pour but principal de permettre aux populations de se laver. En effet à cette époque les logements n’étaient pas équipés de salles d’eau privatives… Les populations pouvaient donc venir s’y laver dans de bonnes conditions d’hygiène.

Les Romains se sont inspirés des grecs pour la pratique des thermes. Les thermes grecs ont vu le jour au VIème siècle av JC, et ceux romains sont apparu un à deux siècles plus tard. La volonté politique durant l’Empire romain fut d’ouvrir progressivement ces thermes à toutes les couches sociales. Le prix d’entrée dans les bains publics était en effet dérisoire. L’objectif était de participer au maintien de la santé publique.

Les thermes romains étaient censés favoriser l’hygiène, mais en pratique ce n’était pas forcément le cas. En effet plusieurs facteurs étaient défavorables à la bonne hygiène. D’une part la qualité des eaux, et d’autre part le lieu, propice à la prolifération de microbes.

Afin d’ouvrir ces thermes au plus grand nombre, les horaires d’ouverture étaient alternées pour l’accès aux hommes et aux femmes. En général le matin était réservé aux femmes, et l’après-midi aux hommes. Néanmoins certains thermes, les plus vastes, proposaient des salles dédiées à chaque sexe.

A noter que les thermes n’étaient pas destinés uniquement aux bains, mais jouait aussi un rôle social. En effet les romains s’y retrouvaient pour pratiquer d’autres activités telles que le sport, la lecture, ou tout simplement la causette !

Les thermes de Caracalla

Les mosaïques dans les thermes de Caracalla

Les mosaïques dans les thermes de Caracalla

Quelques chiffres

Les thermes de Caracalla ont été inaugurés en 216 après JC, sous l’empereur romain Caracalla. D’où leur nom ! Leur construction a débuté en 212 après JC, et s’est donc étalée sur 4 ans. Ils étaient à l’époque les plus grands thermes romains jamais réalisés. Leur taille était notamment dû au fait que ces thermes pouvaient abriter un certain nombre d’activités. Comme par exemple une piscine, des salles de massage ou d’exercice.

Ces thermes ont été particulièrement bien conservés, et leurs ruines mettent encore en avant leur grandeur passée. Les thermes de Caracalla s’étendaient sur près de 11 hectares et pouvaient accueillir plus de 1500 personnes.

Le parc des thermes de Caracalla

Le parc des thermes de Caracalla

La visite des thermes de Caracalla

La balade dans le parc où ont été construits ces thermes permet notamment de découvrir les restes d’une enceinte qui contenait 64 citernes à l’époque romaine. Chacune pouvait contenir jusqu’à 80 000 litres d’eau, et elles étaient toutes alimentées par un aqueduc.

Ces thermes ont été bâtis de manière à ce que les bassins soient le mieux exposés au soleil. En effet l’eau y était chauffée naturellement par les rayons du soleil.

Pour la décoration les différents bâtiments étaient ornés de magnifiques œuvres d’art, que l’on peut encore partiellement observer. Mais la quasi totalité de ces œuvres a été détruite, et l’on a peine à imaginer que les murs en briques étaient recouverts de marbre, et le sol de mosaïques. On peut encore observer néanmoins quelques unes de ces mosaïques à certains endroits.

En 537, les thermes de Caracalla ont arrêté de fonctionner suite à la destruction par les Goths des aqueducs acheminant l’eau. Les bâtiments constituant les thermes ont par la suite été pillés afin d’être réutilisés pour d’autres constructions de la ville de Rome. Et notamment la basilique Saint-Pierre !

La visite prend environ une heure, mais il est possible de prendre son temps et de flâner plus longuement dans le parc. Des bancs sont d’ailleurs à disposition à certains endroits.

Mon conseil

1. Visiter les thermes de Caracalla le matin, il n’y a pas beaucoup de monde. Nous y étions hors saison (fin mars), et il n’y avait qu’un ou 2 bus scolaires, et quelques touristes.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. C’est un site que j’aurais beaucoup aimer découvrir lors de ma dernière et unique escapade romaine, mais je n’en ai pas eu le temps…

    • hashtagvoyage dit :

      Oui c’est un très beau site.
      Mais en effet sur un court week-end je conseille tout de même de privilégier le Vatican et le Colisée.

Vous avez un avis ou une question ? Vous pouvez laisser un commentaire